Guerre commerciale: la réponse de la Chine à Donald Trump

Le président américain Donald Trump a ouvert les hostilités dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine : 50 milliards de dollars d’importations chinoises vont subir des droits de douane de 25 %. Ce à quoi Pékin a riposté en taxant à son tour des centaines de produits américains pour un même montant.

A compter du 6 juillet, plus de 800 produits en provenance de Chine d’une valeur de 50 milliards de dollars seront frappés de 25 % de droits de douane à leur entrée aux Etats-Unis. Une seconde vague de 280 produits sera touchée à une date ultérieure, non précisée. Les téléphones portables et les téléviseurs chinois sont en revanche épargnés. Or, ils constituent le premier poste d’importations américaines en provenance de Chine.

L’objectif affiché par le président Trump est de réduire le déficit commercial abyssal des Etats-Unis avec la Chine, qui s’élève à 375 milliards de dollars. Les discussions qui ont eu lieu entre l’administration Trump et les responsables chinois au cours des derniers mois pour éviter une guerre commerciale entre les deux puissances semblent bien, à ce stade, avoir été vaines.

Donald Trump a même prévenu vendredi qu’il était prêt à de nouvelles mesures de rétorsion si la Chine tentait une quelconque riposte, rapporte notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier. Washington travaillerait déjà sur de nouvelles taxes, cette fois pour une valeur de 100 milliards de dollars.

La riposte de Pékin

La Chine a déjà annoncé la riposte et s’apprête à appliquer les mêmes mesures à ses importations américaines. Dans un communiqué publié sur son site internet, le ministère chinois du Commerce a immédiatement annoncé que Pékin allait également invalider les accords conclus avec les Etats-Unis au cours de précédentes consultations sur une trêve dans les représailles commerciales.

De manière symétrique, la Chine a décidé d’imposer des droits de douane d’une « ampleur équivalente », 25 %, sur 659 produits américains d’une valeur totale de 50 milliards de dollars (43 milliards d’euros), rapporte vendredi l’agence Chine nouvelle, citant le Conseil d’Etat (gouvernement). L’application des droits sur les produits restants sera annoncée à une date ultérieure, indique-t-elle.

Pékin appuie là où ça fait mal. La Chine est en effet le premier acheteur mondial de soja auprès des fermiers américains. La riposte cible donc le cœur de l’électorat de Donald Trump, et notamment les Etats agricoles de l’Iowa, de l’Illinois ou encore du Minnesota.

La Chine avait auparavant fourni une liste de produits américains qu’elle taxerait en cas de guerre commerciale. Ce serait notamment le cas du bœuf et du soja, mais aussi du bourbon et du ginseng. Le régime communiste adopte une stratégie biblique, commente notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt : « œil pour œil, dent pour dent. » Pas question de se laisser piétiner par les Etats-Unis.

« Dans ce genre de guerre commerciale, tout le monde est perdant, prévient Mary-Françoise Renard, spécialiste de la Chine au sein du Centre d’études et de recherches sur le développement international (Cerdi). On entre dans une surenchère très coûteuse. Cela ne réglera pas les problèmes de désindustrialisation qu’ont connus les Etats-Unis. » Pékin appelle les autres pays à une « action collective » contre une conduite jugée « rétrograde et dépassée » de Washington.

Bref, Pékin, « apôtre du libre-échange », montre les muscles aussi. Mais dans cette escalade, le président Trump ne s’arrête pas là non plus. Il a déjà menacé d’ajouter une nouvelle série de produits chinois représentant 100 milliards de dollars supplémentaires à la liste des importations surtaxées si la Chine exerçait effectivement des représailles contre les produits et entreprises américaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here