Cette attaque est la première dans la capitale après que le président des Etats-Unis a annoncé, samedi, mettre fin aux pourparlers avec les talibans.

Une roquette a touché, mercredi 11 septembre, un des murs du ministère de la défense afghan, situé près de l’ambassade américain à Kaboul. Aucune victime n’est à déplorer, a précisé dans un communiqué le porte-parole du ministère de l’intérieur, Nosrat Rahimi. L’attaque est survenue juste après minuit, rendant la date symbolique, puisqu’elle correspond à l’anniversaire des quatre attentats-suicides qui ont frappé les Etats-Unis en 2001.

C’est la première dans la capitale afghane après que le président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé samedi mettre fin aux pourparlers avec les talibans, quant à un retrait des troupes américaines du pays. Les insurgés avaient averti mardi que si les Etats-Unis abandonnaient ces discussions, ils le « regretter[aie]nt bientôt ».

Lire aussi : En Afghanistan, le pari diplomatique raté de Donald Trump

Les attentats du 11 septembre 2001 à New York, Washington et en Pennsylvanie ont provoqué l’intervention américaine en Afghanistan contre l’organisation Al-Qaida, alors basée dans le pays, et les talibans au pouvoir à Kaboul. La capitale afghane a été la cible la semaine dernière de deux attentats, revendiqués par ces derniers, qui ont fait de nombreuses victimes civiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here