mardi, juillet 14, 2020

Agnès Callamard : «L’infiltration du téléphone de Bezos est liée au meurtre de Khashoggi»

Courrier arabe

Les Nations unies ont déclaré que les coulisses du piratage du téléphone de «Jeff Bezos», le propriétaire d’«Amazon» et du «Washington Post», étaient étroitement liées aux enquêtes menées sur le meurtre de «Jamal Khashoggi», le journaliste saoudien assassiné au consulat de son pays à Istanbul.

Lors de son interview avec la chaîne d’information «al-Jazeera», «Agnès Callamard», la rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires au Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, a signalé: «Le piratage avait eu lieu, au moment où Khashoggi écrivait des articles critiquant les autorités saoudiennes».

Callamard affirma que les coulisses du piratage du téléphone étaient au cœur des enquêtes menées sur le meurtre de Khashoggi.

«Le piratage peut avoir été entrepris, pour que le Washington Post cesse de publier des articles critiquant l’Arabie saoudite», avait-elle estimé, en soulignant que le fait d’espionner Bezos et des opposants saoudiens contredisait la loi internationale.

Une des affaires des plus médiatiques  

Mercredi, le 22 janvier, le journal britannique «The Guardian», avait révélé l’affaire et affirma que «l’infiltration du téléphone de Bezos avait eu lieu cinq mois avant l’assassinat de Khashoggi».

Selon lui, «l’histoire avait commencé en avril 2018, lors d’un dîner où Bezos et le prince héritier saoudien étaient présent et où ils s’étaient échangés leurs numéros de téléphone».

The Guardian explique que quelque temps plus tard, précisément en mai 2018, Bezos avait reçu un message de la part du prince héritier. «Une vidéo codée, envoyée depuis le compte Whatsapp de ben Salmane, et qui absorba une importante quantité de données du téléphone de Bezos», avait-il ajouté.

Ensuite, entre novembre 2018 et février 2019, soit juste après le meurtre de Khashoggi, assassiné le 2 octobre 2018, les médias ont rapporté que Bezos avait annoncé avoir reçu un message de la part de ben Salmane, incluant des informations secrètes sur sa vie privée.

Dans ce contexte, notons que l’Arabie saoudite insiste a nié le fait que son prince héritier puisse être lié «de près ou de loin», à une telle affaire, estimant qu’il était «ridicule» de penser à une idée similaire.

Jusque-là, la Cour royale saoudienne n’a lancé aucun commentaire à ce sujet, poussant plusieurs observateurs à penser que «l’Arabie saoudite peine à trouver des explications, vue l’implication flagrante de ben Salmane».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Arrêté à l’aéroport Djerba-Zarzis, un professeur à la Sorbonne subit un mauvais traitement des...

Le maître de Conférences à l'université de la Sorbonne et l'ex-conseiller de l'ancien président de la République, Mohamed Hnid, a été arrêté, ce dimanche,...

La NOC accuse les Émirats Arabes Unis d’être le premier responsable de l’arrêt renouvelé...

La compagnie pétrolière nationale de la Libye (NOC) a dénoncé, hier dimanche, explicitement l’arrêt renouvelé de la production et la suspension des exportations de...

Covid-19: les États-Unis enregistrent prés de 700 nouveaux décès en 24 heures

Le bilan des victimes du coronavirus aux Etats Unis est passé, dimanche, à 137 418 morts, après que les autorités sanitaires du pays aient...

Yémen: les Houthis ciblent une installation pétrolière saoudienne et plusieurs aéroports

Le groupe rebelle yéménite des Houthis a déclaré dans un communiqué : "Nous avons ciblé avec précision la grande installation pétrolière de Jizan, dans...

Libye: Haftar impose des conditions pour permettre l’exploitation du pétrole

Le seigneur de guerre renégat Khalifa Haftar, chef des milices rebelles de l'est de la Libye, a déclaré, samedi, qu'il continuera à bloquer la...