vendredi, septembre 18, 2020

Al-Sarraj: il est extrêmement nécessaire de rouvrir les champs de pétrole et de reprendre l’exportation

Le Chef du gouvernement libyen, Fayez al-Sarraj, a discuté, vendredi, avec l’ambassadeur américain en Turquie, David Satterfield, de la levée du blocus sur les champs de pétrole en Libye.

 

C’est ce qui ressort d’une réunion entre les deux parties, tenue à Istanbul en marge de la visite d’al-Sarraj à la ville, indique un communiqué publié par le Bureau d’information du gouvernement libyen.

Al-Sarraj a souligné, lors de cette réunion, qu’« il est extrêmement nécessaire de rouvrir les champs de pétrole et de reprendre l’exportation, sous la supervision de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) ».

Les deux parties ont également discuté des « développements en Libye et des moyens de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays amis », ajoute le communiqué.

Al-Sarraj et Satterfield ont convenu d’opter pour « la solution politique à la crise libyenne, de respecter de la résolution onusienne 2510 de 2020 ainsi que les recommandations du sommet de Berlin ».

Cette rencontre intervient le lendemain d’un entretien téléphonique entre l’ambassadeur américain en Libye, Richard Norland, et le président du parlement de Tobrouk (Est de la Libye), Aguila Salah, lors duquel ils ont discuté de la reprise de la production du pétrole en Libye.

Le parlement de Tobrouk est présidé par Aguila Salah, allié du Général putschiste Khalifa Haftar, dont les milices bloquent la majorité des ports et champs de pétrole dans le pays, depuis près de 6 mois.

Ce blocage est imposé sous prétexte que les revenus de la vente du pétrole sont exploités par le gouvernement libyen, reconnu par la communauté internationale, pour renforcer l’armée.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a estimé les pertes dues à l’arrêt de la production à plus de 7 milliards de dollars.

La production du pétrole en Libye a atteint, avant la fermeture des champs, 1.22 millions de barils par jour, selon des données superposées de la NOC et de l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (OPEP).

Le conflit armé entre la milice de Haftar et le gouvernement libyen, reconnu par la communauté internationale, dure depuis des années en Libye et a fait de nombreux blessés et morts parmi les civils ainsi que d’énormes dégâts matériels.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19 : 84 décès en Irak, 30 en Arabie saoudite et 13 au Sultanat...

L'Irak a annoncé, jeudi, l'enregistrement de 84 décès dus à la Covid-19, tandis que l'Arabie Saoudite a enregistré 30 décès, le om a enregistré...

Ministre libyen de la Défense : « Nous ne permettrons pas la profanation de notre...

Le ministre libyen de la Défense Salaheddine Ali al-Namrouche a souligné, mercredi, que ‘’nous ne permettrons pas à l'envahisseur ou à l'oppresseur de profaner...

Le Parlement européen adopte une résolution interdisant les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et...

Le Parlement européen a adopté, jeudi, une résolution appelant les pays de l'Union européenne à ne plus vendre d'armes à l'Arabie saoudite et aux...

Afghanistan : 20 policiers tués dans des attaques talibanes dans l’est du pays

Au moins 20 policiers afghans ont été tués, jeudi, dans des attaques menées par les éléments armés du mouvement des Talibans dans la province...

Ambassadeur des États-Unis en Israël : Nous envisageons de remplacer Abbas par Dahlan

L'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a déclaré que les États-Unis d'Amérique envisagent de remplacer le président palestinien Mahmoud Abbas par Mohammad Dahlan, ancien...