mercredi, octobre 28, 2020

Algérie: 4 ans de prison requis contre Karim Tabbou, figure du Hirak

Le procès d’une des figures majeures du Hirak, Karim Tabbou, s’ouvre ce mercredi à Alger. L’affaire provoque une grande mobilisation : des dizaines de personnes se sont réunies à l’intérieur et devant le tribunal de Sidi M’hamed. L’ambiance sur place est tendue, la police tente de contenir la foule et a procédé à plusieurs interpellations.

Cela fait maintenant 161 jours que Karim Tabbou est maintenu à l’isolement. Arrêté une première fois le 12 septembre dernier, l’activiste avait été libéré deux semaines plus tard, le 25 septembre, avant d’être de nouveau incarcéré le lendemain. Depuis, militants et sympathisants de la contestation algérienne se mobilisent pour le soutenir. Chaque vendredi, son portrait est brandi et son nom scandé lors des manifestations.

Des dizaines de personnes ont réitéré leur soutien à Karim Tabbou ce mercredi, en se rendant au procès qui a débuté à 10h30. Le militant du Hirak est arrivé ce  sous des cris réclamant sa libération. Le leader de l’Union démocratique et sociale, l’UDS, a d’abord été poursuivi pour « atteinte au moral de l’armée », mais le chef d’accusation retenu ce jour est « incitation à la violence ». Les autorités lui reprochent, entre autres, son appel, avec d’autres personnalités, à manifester le 5 juillet dernier, date anniversaire de l’Indépendance. Mais aussi plusieurs de ses publications Facebook, via lesquelles il relayait les revendications du Hirak. Pour ces faits, le procureur a requis 4 ans de prison ferme et 200 000 dinars d’amende.

Karim Tabbou a dénoncé « l’instrumentalisation de la justice »

À la barre, l’accusé a plaidé son innocence et dénoncé « l’instrumentalisation de la justice qui [le] juge en tant que chef d’un parti non agréé, l’UDS, et non en tant que citoyen ».

Des déclarations faites sous le regard d’abord de ses parents, mais aussi de sympathisants du mouvement, et d’autres figures de la contestation comme Lakhdar Bouregaa et Fodil Boumala, eux-mêmes anciens détenus du Hirak.

De nombreux manifestants sont restés tout au long de la journée devant le tribunal et scandaient « Libérez Karim Tabbou et tous les détenus » ou encore « Où est la justice, où est le droit ? ». Ils devraient de nouveau se réunir ce jeudi, deuxième jour du procès.

Karim Tabbou est loin d’être le seul militant poursuivi dans le cadre du Hirak. Cependant, il est difficile d’établir un nombre précis selon les organisations de défense des droits humains, car les remises en liberté et les interpellations se succèdent simultanément.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Libye : Détails de l’accord signé entre le Qatar et le gouvernement d’union nationale (GNA)

L’accord sécuritaire signé entre le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et le Qatar s’est intéressé à plusieurs domaines, notamment ceux liés à la lutte...

France: le nombre de décès dus à la Covid-19 a doublé en 24h

Alors que lundi la France avait déjà enregistré le nombre de décès journalier le plus élevé depuis avril -258 morts-, ce mardi il a...

L’Iran renforce sa défense aérienne à la frontière avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie

L'armée iranienne a annoncé mardi le renforcement des unités des Forces aériennes dans le nord-ouest du pays, suite à l'escalade des tensions dans la région du Haut-Karabakh, en Azerbaïdjan. Selon le commandant général de la défense...

Accord de normalisation : Des négociations entre Israël et 5 pays arabes à l’issue...

Le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen, a déclaré que des négociations entre Tel Aviv et 5 pays arabes seront intensifiées en vue de normaliser les relations. C'est ce qui...

Le Qatar et le gouvernement libyen signent un accord sécuritaire, dénoncé par les milices...

Le Qatar et le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) ont signé lundi, un accord sécuritaire, au moment où les milices de Khalifa Haftar dénoncent «des...