lundi, mai 23, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Amnesty International : «L’Arabie saoudite ne doit pas extrader vers la Chine deux Ouïghours qui risqueraient d’être torturés»

Courrier arabe

Amnesty International a signalé mercredi dernier que «les autorités saoudiennes prévoyaient de rapatrier deux détenus des Ouighours vers la Chine, où ils risquent la torture».

L’ONG humanitaire avait noté, sur son site officiel : «Le dignitaire religieux Aimidoula Waili et son ami Nuermaimaiti Ruze, détenus en Arabie saoudite depuis novembre 2020 sans explication, ont été transférés vers la capitale Riyad la semaine dernière et risqueraient désormais d’être rapatriés de force vers la Chine de manière imminente».

Dès lors, Lynn Malouf, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a indiqué : «S’ils sont envoyés en Chine, il est fort probable que ces deux hommes seront soumis à la détention arbitraire et à la torture dans le réseau répressif de camps d’internement et de prisons du Xinjiang, où des centaines de milliers de Ouïghoures sont confrontés à de graves violations des droits humains».

Elle ajouta : «En vertu du droit international, le gouvernement saoudien est tenu de ne pas extrader Aimidoula Waili et Nuermaimaiti Ruze vers la Chine, en raison du risque de torture», tout en appelant «les autorités saoudiennes à renoncer à tout projet d’expulsion de ces hommes et de les libérer».

Amnesty avait rapporté, selon la famille de l’un des deux détenus : «Aimidoula Waili (connu sous le nom de Hamdullah Veli) et Nuermaimaiti Ruze (connu sous le nom de Nur Muhammed Rozi) ont été transférés de Djeddah à Riyad le 16 mars» précisant que «la décision indique leur extradition imminente vers la Chine».

Les familles affirmèrent que «leurs proches risquaient la torture en Chine» et ont demandé l’intervention des ONG, pour éviter «une catastrophe humanitaire».

Les deux hommes étaient interpellés le 20 novembre 2020, et les autorités saoudiennes n’ont jamais révélé les raisons pour lesquelles ils sont détenus à ce jour

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos