jeudi, octobre 29, 2020

Arabie saoudite : l’enlèvement de l’émir Sultan raconté en détail par un magazine américain

Courrier arabe

Le magazine américain, Vanity Fair, a publié une histoire détaillée, racontant comment le prince héritier de l’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane avait enlevé son oncle, le prince Sultan ben Turki II, à bord d’un avion depuis Paris, pour le transférer à Riyad avant qu’il ne disparaisse complètement.

Lors d’un article que le magazine avait publié, mardi 25 août, les deux auteurs Bradley Hope et Justin Scheck racontent l’histoire de l’émir Sultan, comme suite:

Un des membres de la sécurité de l’émir Sultan avait demandé à ce dernier : «Ne montez pas à bord de cet avion, c’est un piège», mais le prince Sultan était trop fatigué et avait négligé les mises en garde.

Lumière sur le prince Sultan

Sultan n’avait aucun rôle gouvernemental, mais il aimait paraître comme étant une personnalité influente et commença à parler aux journalistes au sujet de la politique du royaume. Il s’en prenait à certains princes, bien qu’il soutienne toujours le régime.

En 2003, Sultan déclara que l’Arabie saoudite devait arrêter d’envoyer des aides au Liban, accusant son Premier ministre à l’époque, Rafik Hariri de corruption, et c’est à cause de ses propos que les ennuies commencèrent à suivre Sultan.

La première attaque

À Genève, le prince Abulaziz, très lié avec la famille Hariri, a convoqué Sultan, pour tenter de résoudre le différend et le convaincre de retourner à Riyad. Sultan a refusé alors les gardes se sont acharnés contre lui, l’injectant de calmant pour le neutraliser.

Sultan a perdu conscience et l’homme de 177 kg fut tiré vers un avion et envoyé à Riyad. La scène était terrible et lui avait causé une paralysie au niveau de ses membres.

Sultan a du passé les 11 années qui suivirent l’incident à se déplacer entre les hôpitaux du royaume et ceux de l’étranger.

Les changements commencent

En 2015, Sultan a retrouvé sa santé et s’est fait faire une opération esthétique, avant de retourner à son mode de vie luxueux.

Il a porté plainte contre les membres de la famille royale saoudienne, les accusant d’enlèvement et proclamant l’indemnisation des blessures qui ont suivis sont enlèvement.

Tenter de dépasser ben Salmane  

Sultan a contacté ses oncles, leur envoyant une lettre anonyme où il expliqua que «le roi Salmane était inapte et qu’il était mené par son fils Mohammed».

Sultan signala que «Mohammed était un corrompu», et a appelé la famille royale «à tenir une réunion d’urgence pour discuter la situation et entreprendre les mesures nécessaires».

Toutefois, la lettre est parvenu jusqu’au journal britannique, The Guardian, et bien qu’elle ne fut pas signée, les responsables à la Cour royale saoudienne ont reconnu son auteur.

Le piège qui lui fut tendu

Peu après la publication de lettres, deux millions de dollars sont apparus dans le compte de Sultan, et son père l’a invité pour le rejoindre au Caire, espérant une réconciliation.

Le père de Sultan informa son fils «qu’en récompense, la Cour royale allait lui envoyer un avion luxueux pour le transporter ainsi que son personnel d’accompagnement».

Bien que son personnel ait émis des doutes au sujet de l’avion, Sultan voulait naïvement croire à la réconciliation avec son cousin ben Salmane et sans se soucier il monta à bord.

Changement de destination

L’avion avait doucement quitté Paris, prétendant pendant deux heures se diriger vers le Caire, avant que les radars ne s’éteignent subitement.

À leur atterrissage, les passagers ont réalisé qu’ils étaient à Riyad non pas au Caire. Sultan fut accompagné par des hommes armés et ce fut la dernière fois où son entourage le vit.

Cinq ans après, c’est l’ancien responsable des services de renseignements secrets saoudiens, Saad al-Jabri, actuellement en exil au Canada, qui évoqua l’affaire à nouveau, à travers une plainte qu’il avait déposée contre ben Salmane.

Al-Jabri expliqua, selon les documents présentés au tribunal américain, que «ben Salmane, en 2015, avait déployé une équipe de lutte antiterroriste, pour mener une opération extrajudiciaire contre un émir saoudien résident en Europe, pour avoir critiqué le roi Salmane».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Merkel annonce un reconfinement partiel de quatre semaines en Allemagne

La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré ce mercredi 28 octobre que les gouverneurs des 16 landers avaient accepté de fermer, à partir du...

Jordanie: le gouvernement déploie 45 mille agents pour sécuriser les élections législatives

Le directeur de la sûreté publique, le Général Hussein Al Hawatmeh a annoncé, mercredi, que 45 000 agents de sécurité seront déployés dans le...

Washington : Des manifestations suite à la mort d’un citoyen afro-américain

De violentes manifestations se sont déclenchées mercredi, à Washington, suite à la mort d’un Afro-Américain au terme d'une course-poursuite avec la police américaine. La chaine locale « NBC4 »...

Tunisie : “la situation épidémiologique est très dangereuse” (ministère de la Santé)

Le ministère tunisien de la Santé a annoncé, mercredi, que la situation épidémiologique dans le pays est devenue très dangereuse après la hausse spectaculaire...

Libye : 4 nouveaux cimetières trouvés à Tarhounah

En Libye, les forces de Burkan al-Ghadab (Volcan de la colère) alliées au Gouvernement d’union nationale (GNA) ont déclaré, hier mardi, avoir trouvé des...