jeudi, décembre 3, 2020

Au Liban, la crise du coronavirus aggravée par l’absence de l’aide médicale (HRW)

La crise financière au Liban a entraîné une pénurie de fournitures médicales qui sont pourtant essentielles pour faire face à la pandémie de COVID-19, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. De nombreux membres des personnels médicaux, infirmiers et administratifs ont en outre exprimé leur inquiétude quant à l’incapacité du gouvernement et des hôpitaux à les protéger de manière adéquate contre le risque d’infection. Or, le gouvernement libanais a l’obligation de garantir le droit de chacun à la santé, reflété dans l’accès à des soins médicaux essentiels et aux traitements de maladies.

La crise financière du pays a provoqué une pénurie de dollars qui, depuis septembre, a fortement limité l’importation de fournitures médicales essentielles, notamment des masques, des gants et d’autres équipements de protection, ainsi que des ventilateurs et des pièces de rechange. Des organismes gouvernementaux comme la Caisse nationale de sécurité sociale n’ont toujours pas procédé au remboursement partiel de nombreuses factures déjà réglées par des hôpitaux publics et privés. Il est donc plus difficile pour ces hôpitaux d’acheter de nouvelles fournitures médicales, y compris le matériel de protection requis pour le personnel, et de procéder à de nouvelles embauches pour réduire la charge de travail considérable des membres du personnel infirmier.

« La pandémie de COVID-19 a mis à rude épreuve le secteur des soins de santé qui traverse déjà une crise au Liban », a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient à Human Rights Watch. « Le gouvernement libanais a déjà pris d’importantes mesures qui lui ont fait gagner du temps, mais sa capacité à faire face à la pandémie dépendra de la façon dont il utilisera ce temps pour obtenir l’équipement nécessaire et fournir aux travailleurs de la santé les ressources requises. »

Une source de l’Hôpital universitaire Rafic Hariri (RHUH) de Beyrouth, le principal centre de dépistage et de traitement du COVID-19 au Liban, a déclaré que le gouvernement n’avait payé que 40 % du financement public dont cet hôpital  aurait dû bénéficier en 2019, et aucun montant à ce jour en 2020. Des représentants des hôpitaux publics d’Akkar et de Halba et ont également déclaré qu’ils n’avaient pas reçu qu’une partie du financement public qui leur était dû. Le gouvernement doit aux hôpitaux privés environ 1,3 milliard de dollars de factures impayées depuis 2011, selon Sleiman Haroun, chef du Syndicat des hôpitaux privés.

Les responsables des hôpitaux privés et publics de Beyrouth et du nord du Liban ont déclaré que le manque de fonds ainsi que la pénurie de fournitures médicales compromettaient leur capacité à répondre à la pandémie de COVID-19.

« À moins que le Liban ne prenne d’urgence les mesures nécessaires pour importer des fournitures médicales vitales, la crise du coronavirus risque de submerger le système de santé qui est déjà fragilisé », a ajouté Joe Stork.

SourceHRW

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Rapport : «Les Émirats arabes unis financent les mercenaires de Wagner qui combattent pour Khalifa...

Le magazine américain, Foreign Policy, a signalé qu’«au moment où Abou Dhabi cherchait à dépenser des milliards de dollars pour acheter des armes américaines,...

France : 326 morts et 12 696 contaminations à la Covid-19 en 24 heures

La France a enregistré 326 décès et 12 696 nouvelles contaminations au nouveau coronavirus, Covid-19, au cours des dernières 24 heures, a annoncé jeudi...

OTAN : L’accord entre Kaboul et les Talibans est un « pas important » vers la...

Le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a salué l'accord conclu entre le gouvernement afghan et le Mouvement des Talibans, « pour aller de l’avant...

Yémen: 9 civils tués dans un bombardement des Houthis

Neuf civils ont été tués et sept autres ont été blessés, jeudi, par des bombardements de rebelles Houthis sur le complexe industriel et commercial...

Bloomberg : vers une réconciliation entre l’Arabie saoudite et le Qatar

L'Arabie saoudite et le Qatar tentent de parvenir à un accord pour résoudre leur différend de longue date, sous la pression de l'Administration du Président sortant Donald...