mardi, août 16, 2022

Birmanie : l’ONU met en garde contre un « génocide » pour les Rohingyas

Les quelque 600 000 Rohingya restant en Birmanie vivent sous la menace d’un « génocide », ont alerté, lundi 16 septembre, des enquêteurs de l’Organisation des Nations unies (ONU), demandant que les responsables soient traduits devant la Cour pénale internationale (CPI).

Dans un rapport, la Mission d’établissement des faits (MEF) de l’ONU sur la Birmanie explique avoir des « motifs raisonnables de conclure que les éléments de preuve qui permettent de déduire l’intention génocidaire de l’Etat […] se sont renforcés » depuis l’an dernier et « qu’il existe un risque sérieux que des actes génocidaires puissent se produire ou se reproduire ». Il en va de la « responsabilité de l’Etat », ce qui « signifie que la Birmanie devrait être traduite devant la CPI pour manquement aux obligations qui lui incombent en vertu de la Convention sur le génocide de 1948, l’un des rares instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme qu’elle a ratifié », estime la Mission.

Pour les enquêteurs de l’ONU, qui n’ont pas été autorisés à se rendre sur place, « la Birmanie continue de commettre des crimes contre l’humanité pour des actes inhumains qui infligent de grandes souffrances et des persécutions dans le cadre d’une attaque généralisée et systématique contre la population rohingya ». Toujours selon ces enquêteurs, une liste confidentielle de 100 noms (en plus de six généraux déjà identifiés dans un précédent rapport) a pu être établie. Celle-ci comprend notamment des responsables birmans, soupçonnés d’être impliqués dans des cas de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Persécution et conditions de vie « déplorables »

Quelque 740 000 Rohingya avaient fui l’Etat de Rakhine (ou Arakan, dans l’ouest de la Birmanie) en août 2017, à la suite d’une opération de répression de l’armée birmane. Des familles entières avaient rejoint dans des conditions très difficiles 200 000 réfugiés victimes de persécutions et déjà installés dans des camps de l’autre côté de la frontière, au Bangladesh.

Privation de terres, de nourriture, restrictions de la liberté de circulation, refus de laisser les personnes bénéficier d’aide humanitaire…, autant d’éléments ayant permis aux enquêteurs de déduire que « le gouvernement continue d’avoir des intentions génocidaires »« Les 600 000 Rohingya qui restent en Birmanie sont systématiquement persécutés et vivent sous la menace d’un génocide », et leurs conditions de vie « déplorables » se sont aggravées en un an, selon les enquêteurs de l’ONU, pour qui « ces faits soulignent l’impossible retour » des réfugiés rohingya, de confession musulmane, en Birmanie, pays à forte majorité bouddhiste.

« A moins que les Nations unies et la communauté internationale ne prennent des mesures efficaces cette fois-ci, cette triste histoire est destinée à se répéter. Le scandale de l’inaction internationale doit cesser », a déclaré un des enquêteurs de l’ONU, Christopher Sidoti. Ceux-ci ont demandé au début d’août que des sanctions plus lourdes soient prises à l’encontre de l’armée birmane, qui met son immense fortune au service des atrocités commises notamment contre les Rohingya. Cette fois, il demande un « moratoire sur l’investissement intérieur et international et l’aide au développement dans l’Etat de Rakhine ».

Le rapport accuse aussi l’armée de commettre de nouveaux abus contre les civils dans le nord de l’Etat de Rakhine, qui connaît une recrudescence des combats entre les militaires birmans et les rebelles de l’Armée d’Arakan (AA), qui luttent pour plus d’autonomie en faveur de la population bouddhiste.

Si le Conseil de sécurité de l’ONU a plusieurs fois appelé la Birmanie à l’arrêt des opérations militaires et au retour en toute sécurité des Rohingyas, ses initiatives restent entravées par la Chine, premier soutien de la Birmanie et membre permanent du Conseil, disposant donc d’un droit de veto.

SourceLe Monde

Dernières infos

7 étudiants émiratis exclus de Sandhurst pour avoir verser des pots de vin

Le journal britannique, The Daily Mail, a signalé que...

Tunisie : La femme de Kaïs Saïed avance sur les pas de Leïla Trabelsi et les activistes dénoncent 

En Tunisie, les déclarations faites samedi 13 août, par...

Tunisie : 8 femmes en lice pour être la première femme astronaute tunisienne

La Tunisie a annoncé, samedi, la liste de 8...

À ne pas rater

7 étudiants émiratis exclus de Sandhurst pour avoir verser des pots de vin

Le journal britannique, The Daily Mail, a signalé que...

Offensive contre Gaza : Les pays du Golfe condamnent et appellent à la protection des civils

L’offensive israélienne lancée vendredi 5 août 2022, contre la...

Émirats arabes unis : les inondations font sept morts

Le ministère de l'Intérieur des Émirats arabes unis a...

Des pluies torrentielles s’abattent sur le Golfe (Vidéos)

Des pluies torrentielles se sont abattues sur les pays...

Perquisition chez Trump : Saisie de documents secrets sur le « président de la France »

Des documents concernant le "président de la France" ont été saisis dans la perquisition menée, lundi 8 août, dans une des résidences de l'ancien...

France : Six fois plus de forêts ont brûlé en 2022 que sur la moyenne des 15 dernières années

Six fois plus de forêts ont brûlé en France en 2022 que sur la moyenne des 15 dernières années, selon le Système européen d'information...

Onze morts en Gambie dans les pires inondations depuis 50 ans

La Gambie a subi les pires inondations "en près d'un demi siècle" le mois dernier, faisant onze morts et plus de 5.000 déplacés, a...

Le Royaume-Uni déclare officiellement la sécheresse dans plusieurs parties du pays

Le gouvernement britannique a officiellement annoncé, ce vendredi, l'état de sécheresse dans plusieurs régions du Royaume, en raison des fortes chaleurs et du manque...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here