vendredi, septembre 30, 2022

Ce qu’il faut retenir du sommet de Berlin sur la situation en Libye

Respect de l’embargo sur les armes, renoncement à toute interférence dans le pays… Les participants au sommet de Berlin ont pris, dimanche, plusieurs engagements concernant la situation en Libye. Mais les belligérants, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar, ne sont pas parvenus « pour l’instant » à entamer un « dialogue sérieux », selon le ministre russe des Affaires étrangères.

Les dirigeants des principaux pays concernés par le conflit en Libye se sont engagés, dimanche 19 janvier, à respecter l’embargo sur les armes décidé en 2011 par les Nations unies et à renoncer à toute « interférence » étrangère dans le conflit.

Lors d’une conférence sous l’égide de l’ONU à Berlin, onze pays dont la Russie et la Turquie ont convenu qu’il n’existait pas de « solution militaire » à ce conflit, qui déchire la Libye depuis près de 10 ans, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel à l’issue d’une demi-journée de discussions.

Les participants ont aussi appelé à un véritable cessez-le-feu permanent sur le terrain, qui se fait attendre malgré l’entrée en vigueur le 12 janvier d’une fragile trêve entre belligérants.

Pour s’assurer du respect effectif et durable de la fin des hostilités, des rencontres inter-libyennes entre représentants militaires des deux camps devraient être organisées prochainement. Une invitation sera lancée « dans les prochains jours », a assuré Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU.

Pour la consolidation du cessez-le-feu, l’émissaire de l’ONU avait appelé les deux camps rivaux à former une « Commission militaire » composée de dix officiers, 5 de chaque côté. Cette commission aura pour mission de définir sur le terrain les mécanismes de mise en oeuvre du cessez-le-feu.

« Respect » de l’embargo sur les armes

Les participants sont aussi tombés d’accord pour « respecter » strictement l’embargo sur les armes et que « cet embargo serait plus strictement contrôlé qu’auparavant », a expliqué la chancelière lors d’une conférence de presse commune avec Antonio Guterres, et l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé.

L’embargo a été décrété en 2011 par l’ONU mais est largement resté lettre morte.

« Nous avons assisté à une escalade dans le conflit. Il a atteint ces derniers jours une dimension dangereuse », a en effet fait valoir Antonio Guterres, pointant le « risque d’une véritable escalade régionale ».

Engagement à « renoncer à des interférences » dans le conflit libyen

Autre point sensible du conflit : les interventions plus ou moins directes de pays étrangers dans ce conflit. « Tous les participants se sont également engagés à renoncer à des interférences dans le conflit armé ou les affaires intérieures de la Libye », a indiqué Antonio Guterres.

La Turquie soutient en effet militairement le gouvernement de Fayez al-Sarraj à Tripoli et la Russie, malgré ses dénégations, est soupçonnée d’appuyer l’homme fort de l’Est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar.

Depuis la reprise des combats entre camps rivaux en Libye en avril 2019, plus de 280 civils et 2 000 combattants ont été tués et, selon l’ONU, plus de 170 000 habitants ont été déplacés.

Pas de « dialogue sérieux » entre les belligérants « pour l’instant »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a par ailleurs indiqué que les deux belligérants du conflit libyen n’étaient pas parvenus à entamer un « dialogue sérieux » lors du sommet international à Berlin.

« La conférence a été très utile (…) mais il est clair qu’on n’a pas réussi pour l’instant à lancer un dialogue sérieux et stable » entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar, a déclaré le chef de la diplomatie russe à la presse à l’aéroport de Berlin.

« Les parties libyennes ont fait un petit pas en avant par rapport à la rencontre à Moscou » lundi dernier, à l’issue de laquelle le maréchal Haftar avait refusé de signer un accord de cessez-le-feu, affirmant avoir besoin de plus de temps, a-t-il reconnu.

Comme à Moscou, les deux chefs rivaux ne se sont pas rencontrés dans la capitale allemande.

SourceFRANCE 24

Dernières infos

L’armée israélienne tue 4 Palestiniens et blesse 44 autres dans le camp de Jénine

L'armée israélienne a tué 4 Palestiniens et blessé 44...

Arabie saoudite : Le prince héritier nommé Premier ministre et son frère ministre de la Défense

Le roi Salman bin Abdelaziz d'Arabie saoudite a décidé,...

Fuites sur les gazoducs Nord Stream: le Kremlin n’exclut pas la possibilité d’un acte de sabotage

La Présidence russe (le Kremlin) a annoncé mardi que...

Des colons israéliens renouvellent leur prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa

Des dizaines de colons israéliens ont renouvelé, mardi, leur...

À ne pas rater

Les Émirats arabes unis approvisionneront l’Allemagne en diesel et en GNL

Les Émirats arabes unis (EAU) ont convenu dimanche d'approvisionner...

Benny Gantz et le ministre émirati des Affaires étrangères discutent de politique et de sécurité

Le ministre de la Défense d’Israël, Benny Gantz, a...

Allemagne: Scholz entamera samedi une tournée dans 3 pays du Golfe

Le gouvernement allemand a annoncé lundi que le chancelier...

Le ministre émirati des Affaires étrangères rencontre le président israélien

Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis...

Fuites sur les gazoducs Nord Stream: le Kremlin n’exclut pas la possibilité d’un acte de sabotage

La Présidence russe (le Kremlin) a annoncé mardi que les dommages détectés sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 pourraient être causés par...

L’Algérie remet au Maroc une invitation officielle pour participer au Sommet arabe

Le ministre algérien de la Justice, Abderrachid Tebbi est arrivé à Rabat, ce mardi, pour remettre au ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita...

Libye : Un accord de cessez-le-feu met fin à des affrontements sanguinaires à Zaouia

L’armée libyenne a signalé, lundi 26 septembre, «être parvenu à conclure un accord de cessez-le-feu, entre les fractions armées qui se sont affrontées dimanche...

Paris : Les forces de l’ordre utilisent du gaz lacrymogène contre des manifestants devant l’ambassade d’Iran

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants mobilisés dimanche devant l’ambassade d’Iran à Paris. Selon des vidéos relayées...

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here