lundi, octobre 26, 2020

Coronavirus en Tunisie : Alerte maximale dans les hôpitaux de Bizerte

A Bizerte, ville située à l’extrême nord de la Tunisie, l’Etat et la société civile font équipe pour aménager des circuits spécifiques aux personnes atteintes du nouveau coronavirus.

Le circuit « Covid+ » de l’hôpital Habib Bougatfa dans le centre de Bizerte est pratiquement prêt, alors que celui de l’hôpital régional de Menzel Bourguiba (25 km de Bizerte vers le sud-ouest) est en cours de finalisation.

A l’occasion d’une récente visite du maire de la ville de Bizerte, Kamel Amara, dans les établissements hospitaliers, l’Agence Anadolu a pu constater la mobilisation contre un nouvel envahisseur : le Covid-19.

Placé au 6e (et dernier) étage de l’hôpital, le pavillon « Covid+ » a été pensé de manière à isoler complètement les cas suspects et patients infectés par le nouveau coronavirus des autres patients de l’établissement.

A l’entrée de l’hôpital, deux infirmières procèdent au tri des personnes désirant accéder au bâtiment en contrôlant leurs températures.

Si des symptômes sont observés, le patient est dirigé vers une pièce non loin de l’entrée principale de l’hôpital permettant à un médecin de l’examiner. Une consultation effectuée de manière à éviter tout risque de contamination à l’intérieur des locaux.

Suite à quoi, le médecin décide d’orienter le malade vers le circuit « Covid+ » ou vers le circuit ordinaire.

L’accès à l’hôpital a été entièrement repensé et une nouvelle entrée, séparée de celle des urgences, a été aménagée. Un ascenseur dédié mène directement au pavillon « Covid+ ».

Pour éviter tout dysfonctionnement, une salle de contrôle reliée à un système de vidéosurveillance a été nouvellement mise en place, afin de retracer le parcours de tout patient qui échapperait éventuellement, d’une manière ou d’une autre, aux premiers contrôles.

Lors de sa visite de suivi, le maire de Bizerte, kamel Amara, a remercié les équipes de l’initiative de ce projet.

« Nous tenons à remercier l’initiative de l’association Bizerte 2050, ils ont coordonné avec les bienfaiteurs et plein d’autres parties et ont réussi en l’espace de deux semaines à réaliser d’une manière scientifique un circuit à sens unique pour minimiser le risque de contamination », a-t-il constaté d’emblée.

« En tant que municipalité, nous avons contribué à mettre toutes nos capacités logistiques à la dispositions de ce projet et nous serons prêts à intervenir en cas de besoin. Cette synergie prouve que les projets qui nécessiteraient deux ou trois années peuvent être réalisés au bout de deux semaines », s’est-il félicité.

Borhen Dhaouadi, président de l’association Bizerte 2050 et architecte volontaire du projet « Covid+ » s’est, lui aussi, exprimé sur la mise en place du projet et la préparation dudit circuit.

« Étant donné que nous sommes architectes à la base, on a proposé à la direction de l’hôpital de récupérer le 6e étage clé en main, conception et réalisation. Des ressources humaines et financières ont été mobilisées pour démarrer le chantier », a-t-il fait savoir à cette occasion.

« Les autorités locales et régionales ont contribué financièrement et le gouvernorat de Bizerte a contribué avec une enveloppe de 30 mille dinars (11 mille dollars). En plus de notre apport, les sociétés privées ont mis à notre disposition de l’argent frais pour pouvoir démarrer les travaux en extrême urgence », explique Borhen Dhaouadi.

Et d’ajouter : « Le fait d’intervenir sur un site opérationnel où les urgences sont de services et continuent d’accueillir les malades, entre autres, ceux atteints du Covid-19, expliquerait les soucis des ouvriers du chantier, dont certains préféraient ne pas revenir le lendemain ».

– Menzel Bourguiba à l’œuvre contre le Covid-19

A environ 25 km de Bizerte vers le sud-ouest, les habitants de Menzel Bourguiba, mènent également une lutte exemplaire contre le Covid-19, qui rappelle celle de la lutte pour l’indépendance en 1956, lorsque Habib Bourguiba, décida de donner son nom à cette ville, autrefois connu par Ferry-ville, du nom de l’occupant français, Jules Ferry.

C’est dire autrement que les habitants de Menzel Bourguiba qui ont longuement œuvré afin de pousser le colonisateur à quitter leur ville, savent qu’est-ce qu’une guerre, bien qu’il s’agisse d’un virus.

Aujourd’hui, une lutte exemplaire s’organise dans la ville, notamment dans le point focal qu’est l’hôpital de Menzel Bourguiba.

S’étendant sur une superficie de 17 hectares, les différents services de l’hôpital régional de Menzel Bourguiba sont distancés les uns des autres, ce qui rend techniquement impossible la mise en place d’un seul circuit « Covid+ ».

En collaboration avec l’administration de l’hôpital, Borhen Dhaouadi et ses coéquipiers architectes natifs de la ville se sont portés volontaires pour réorganiser l’accès aux principaux services de l’hôpital.

Ainsi, les services de dialyse, de maternité, de radiologie, d’accueil et d’urgences ainsi que celui de la chirurgie, auront un circuit « Covid+ » indépendant pour chacun.

Une grande partie des travaux est achevée.

Une véritable armée de volontaires, médecins, retraités, architectes, menuisiers, électriciens, et plombiers conjuguent les efforts dans une parfaite harmonie avec les entreprises et les administrations pour former plusieurs bataillons.

Parmi eux, Bechir Tebbani, ancien chef des travaux de l’hôpital parti en retraite il y a à peine deux ans, qui a néanmoins remis sa blouse et sa bavette et a accepté volontairement de d’intégrer les troupes.

«Je suis venu rendre la faveur à cet hôpital qui m’a accueilli pendant 37 ans, j’ai vécu ici comme si c’était ma maison […] Je remercie les gens qui sont venus au chevet de l’hôpital, vous avez réalisé un très bon travail. Si Dieu le veut, votre travail payera. Même si on se prépare, ça sera une belle récompense à cette foule, si personne ne sera testé [Covid+], et pour cela j’adresse un mot à mes concitoyens : restez chez vous, c’est dans votre intérêt et celui de vos proches, tout est mensonge sauf la mort ! », a-t-il martelé.

« A l’aide des réseaux sociaux, les architectes et les citoyens communiquent les besoins de l’hôpital, qu’il s’agisse de simple robinets, de tapis PVC antibactériens, de caméras de surveillance, de matériaux de construction ou encore des passerelles métalliques. Les demandes sont réparties rapidement et les citoyens comme les entreprises de la localité ne tardent pas à livrer les produits manquants ».

AInsi faisant, les Bizertins prouvent que même si les moyens manquent, la volonté ne fait pas défaut pour faire bloc contre ce redoutable ennemi invisible qu’est le nouveau coronavirus. Bizerte et Menzel Bourguiba en illustration.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

La coalition annonce la destruction de deux drones houthis

La Coalition arabe a annoncé l'interception et la destruction de deux drones houthis, dont un appareil dans l'espace aérien yéménite. C'est ce qu'a affirmé le porte-parole de...

Covid-19 : Plus de 52 mille nouveaux cas de contamination en 24 heures en...

L’agence Santé publique France a fait état dimanche d’un record de 52.000 nouvelles contaminations dues au coronavirus en 24 heures, soit près de 6.600...

Des milliers d’Irakiens dans la rue pour le 1er anniversaire des manifestations populaires

Des milliers d'Irakiens ont défilé dans la capitale, Bagdad, et dans les gouvernorats du centre et du sud du pays, pour participer aux manifestations auxquelles des militants ont...

Le Qatar et la Russie discutent des évolutions en Syrie et en Libye

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a discuté, hier dimanche, avec le ministre qatari des Affaires étrangères, le vice-premier ministre du pays,...

«L’Arabie saoudite pourrait bientôt annoncer la normalisation avec Israël», déclare le directeur du Mossad

Le directeur du Mossad israélien, Yossi Cohen, a déclaré «qu’un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite sera prochainement annoncé», tout en signalant que «d’importantes...