mercredi, octobre 28, 2020

Des députés au Congrès demandent aux États-Unis de dénoncer l’attaque de Haftar

Courrier arabe

Treize membres du comité des Affaires étrangères au Congrès américain ont rédigé une lettre au secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, demandant à ce que Washington annonce son refus aux attaques du général à la retraite libyen Khalifa Haftar sur Tripoli, et l’appelant à renforcer la paix dans la région.

Les députés des deux partis, républicain et démocrate, ont exigé à Pompeo d’appeler à un cessez-le-feu en Libye et à collaborer avec des partenaires internationaux pour garantir son application.

Une politique complexe

Les députés ont déclaré que le communiqué de la Maison-Blanche au sujet de la conversation téléphonique entre le président américain Donald Trump et Khalifa Haftar en avril, où Trump avait fait part de son soutien à la lutte de Haftar contre le terroriste, a suscité des doutes sur la position des États-Unis, vis-à-vis du conflit au pays.

Ils ont ajouté que les parties armés actives en Libye exploitent la complexité de la politique étrangère américaine comme prétexte pour maintenir le conflit et limiter les possibilités de sa résolution.

Le GNA mené par le double jeu américain

Dans le même contexte, le vice-président du Gouvernement d’union nationale (GNA) Ahmed Maitik, lors de sa visite à Washington, a déclaré suite à sa rencontre avec des responsables au ministère américain des Affaires étrangères et des membres du Congrès, que «l’administration de Trump lui avait affirmé son soutien au GNA», il avait cependant invité Washington à appliquer des pressions sur «ses alliés» pour stopper le soutien à Haftar.

Par ailleurs, le conseil présidentiel du GNA qui avait parlé d’attaques menées par Haftar sur les structures civiles à Tripoli dont des hôpitaux et des écoles, a dénoncé le silence international face à ses violations qu’il qualifia de «crimes de guerre».

En guerre depuis 2011, la Libye flotte entre les conflits de la légitimité et du pouvoir entre le GNA présidé par Fayez Al-Sarraj à l’ouest, reconnu internationalement, et le général à la retraite Khalifa Haftar dans l’est, épaulé par l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Un conflit toujours actif au profit des enjeux économiques et stratégiques que les pays ingérant prévoient d’obtenir de ce riche pays pétrolier au détriment de sa sécurité et de sa stabilité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Merkel annonce un reconfinement partiel de quatre semaines en Allemagne

La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré ce mercredi 28 octobre que les gouverneurs des 16 landers avaient accepté de fermer, à partir du...

Jordanie: le gouvernement déploie 45 mille agents pour sécuriser les élections législatives

Le directeur de la sûreté publique, le Général Hussein Al Hawatmeh a annoncé, mercredi, que 45 000 agents de sécurité seront déployés dans le...

Washington : Des manifestations suite à la mort d’un citoyen afro-américain

De violentes manifestations se sont déclenchées mercredi, à Washington, suite à la mort d’un Afro-Américain au terme d'une course-poursuite avec la police américaine. La chaine locale « NBC4 »...

Tunisie : “la situation épidémiologique est très dangereuse” (ministère de la Santé)

Le ministère tunisien de la Santé a annoncé, mercredi, que la situation épidémiologique dans le pays est devenue très dangereuse après la hausse spectaculaire...

Libye : 4 nouveaux cimetières trouvés à Tarhounah

En Libye, les forces de Burkan al-Ghadab (Volcan de la colère) alliées au Gouvernement d’union nationale (GNA) ont déclaré, hier mardi, avoir trouvé des...