vendredi, novembre 27, 2020

Des milliers d’Irakiens dans la rue pour le 1er anniversaire des manifestations populaires

Des milliers d’Irakiens ont défilé dans la capitale, Bagdad, et dans les gouvernorats du centre et du sud du pays, pour participer aux manifestations auxquelles des militants ont appelé à l’occasion du premier anniversaire de la mobilisation populaire.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés sur la place Tahrir dans le centre de Bagdad, et sur les places publiques des gouvernorats du centre et du sud: Bâbil, Dhi Qar, Wâsit, Maysan, Nadjaf, Kerbala, Diwaniyah et Bassorah, selon le correspondant d’Anadolu.

Les manifestations visent à maintenir la pression sur le gouvernement du Premier ministre Mustafa Al-Kazimi pour qu’il tienne ses promesses de poursuivre en justice les assassins des manifestants, de mener des réformes dans le pays, poursuivre les personnes impliquées dans la corruption, et créer un bon climat permettant d’organiser des élections anticipées l’année prochaine.

Les manifestants ont brandi des banderoles, des drapeaux de l’Irak ainsi que les portraits de victimes. Ils ont scandé des slogans dénonçant la corruption et visant la classe politique dirigeante.

Un dispositif sécuritaire composé de forces anti-émeutes et de militaires a été massivement déployé.

Les manifestations ont démarré calmement jusqu’à (11 h 45 GMT).

Aucune violence n’est reproché aux manifestants ni aux forces anti-émeutes, à l’exception de quelques escarmouches près de la place Tahrir dans le centre de Bagdad.

Ghadeer Al-Darwish, l’un des manifestants à Bagdad, a déclaré à l’agence Anadolu que les manifestations d’aujourd’hui visent à rappeler aux politiciens que la mobilisation populaire sera toujours présente et qu’elle est capable de faire pencher la balance à tout moment.

Concernant les revendications des manifestants, Al-Darwish a expliqué que les protestataires exigent que le gouvernement remplisse ses obligations et traduise en justice les assassins des manifestants, outre la poursuite judiciaire des corrompus.

Il a ajouté que les Irakiens espèrent toujours plus de réformes dans les services et les institutions de l’Etat pour mettre fin aux mafias de la corruption, offrir des opportunités aux chômeurs, et créer un climat propice à l’organisation des élections anticipées l’année prochaine.

Sur la place Haboubi, située au centre de Nasiriyah, la capitale du gouvernorat de Dhi Qar, et qui a été occupée tout au long de l’année par les manifestants, la militante Hanadi Al-Farouk, a brandi une banderole où était écrit « les peureux ne construisent pas l’avenir », tout en agitant le drapeau irakien.

Al-Farouk a déclaré à l’agence Anadolu qu’elle participe à des manifestations populaires tout au long de l’année à chaque fois qu’elle en a l’occasion.

Elle a indiqué que les femmes ont activement participé au mouvement populaire pendant plus d’un an.

Les manifestations ont commencé début octobre 2019, et ont atteint leur paroxysme en ce même jour de l’année dernière et a débouché sur la chute du gouvernement de l’ancien Premier ministre Adel Abdul Mahdi à la fin de l’année dernière.

Le mouvement populaire a duré des mois avant que son élan ne soit considérablement ralenti, en mars, en raison des restrictions imposées par les autorités pour la lutte contre le Coronavirus.

Depuis un an, des centaines de manifestants campent sur les places publiques des gouvernorats du centre et du sud du pays, y compris la place Tahrir, dans le centre de Bagdad.

Les manifestations ont été marquées par une violence généralisée, en particulier durant les premiers mois, faisant 560 morts parmi les manifestants et les forces de sécurité, selon les chiffres officiels.

L’activiste Saber al-Khafaji, de Kerbala, a déclaré à l’agence Anadolu que la poursuite judiciaire des responsables du meurtre de manifestants sera la première étape qui rétablira la confiance des gens dans le système politique du pays, sinon les personnes impliquées continueront à tuer et réprimer à nouveau des gens pour préserver leurs privilèges et leur argent illégal.

Lors de la formation du nouveau gouvernement irakien dirigé par Al-Kazimi en mai dernier, un comité d’enquête a été formé pour poursuivre les personnes impliquées dans le meurtre de manifestants, mais aucun accusé n’a été traduit en justice jusqu’à présent.

À la veille des manifestations de samedi soir, Al-Kazimi a déclaré, dans un communiqué, que son gouvernement travaille dur pour réaliser des réformes dans le pays et poursuivre les personnes accusées de corruption.

Il a ajouté qu’il a mis des dizaines de milliers de dossiers de corruption sur la table tout en menant un travail acharné pour organiser des élections législatives anticipées en toute impartialité le 6 juin prochain.

Dans le même contexte, le porte-parole du Premier ministre, Ahmed Mulla Talal, a écrit dans un post sur Twitter, qu’Al-Kazimi avait appelé tous les Irakiens à observer une minute de silence et à lire la sourate Al-Fatiha pour les martyrs irakiens et les martyrs d’octobre (manifestants et agents de sécurité).

Le commandement des opérations de Bagdad relevant du ministère de la Défense a déclaré, samedi, dans un communiqué qu’il avait donné des directives aux forces de sécurité interdisant le port et l’utilisation d’armes et de balles dans les zones de manifestations.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Syrie: Un avion venu des Émirats arabes unis et chargé de dollars américains arrive...

Une source syrienne privée a raconté «qu’un avion syrien était arrivé à la base militaire d'al-Mezzeh, à Damas, venu des Emirats arabes unis (EAU),...

Des comptes Twitter émiratis et saoudiens publient des fausses déclarations d’Obama à propos de...

Des comptes sur Twitter, appartenant à des pays du Golfe, ont publié des déclarations attribuées à l’ancien président américain, Barack Obama, notant que «...

Le gouvernement égyptien à la chasse aux activistes pour tester les réactions internationales

Des sources diplomatiques égyptiennes ont affirmé que «l’affaire de la détention des responsables de l’organisation «Initiative égyptienne des droits personnels» (EIPR) était un plan...

Yémen : Des protestataires condamnent l’enlèvement d’un prédicateur célèbre

Des dizaines de Yéménites ont organisé, jeudi, un rassemblement protestataire à Taïz, au sud-ouest du Yémen, pour dénoncer l'enlèvement du célèbre prédicateur Abdul Qadir...

Le ministre qatari de la Défense discute du renforcement des relations militaires avec son...

Le ministre qatari de la Défense, Khalid bin Mohammad Al Attiyah, a discuté jeudi, avec le ministre américain de la Défense par intérim, Christopher...