mercredi, octobre 21, 2020

Égypte/Coronavirus: La libération conditionnelle de certains détenus permettrait d’éviter un désastre

Dans un pays comme l’Égypte, où les droits fondamentaux sont souvent bafoués, une crise de santé publique peut avoir de nombreuses répercussions à l’égard des droits humains. L’une des conséquences à caractère d’urgence est l’impact sur les groupes vulnérables, comme les personnes incarcérées dans des prisons densément peuplées.

Les prisons égyptiennes sont tristement connues pour être surpeuplées, sales et insalubres. En novembre dernier, des experts des Nations Unies ont déclaré que les conditions de détention abusives des centres de détention en Égypte mettaient en danger « la santé et la vie de milliers de prisonniers ». Cette déclaration a été faite quelques mois avant l’irruption de l’épidémie de COVID-19, dont l’aspect contagieux risque d’avoir des conséquences dévastatrices.

Parmi les mesures urgentes recommandées par Human Rights Watch aux gouvernements des pays touchés par le coronavirus figure la libération conditionnelle de prisonniers injustement détenus. En Égypte, ceci concernerait des milliers de personnes emprisonnées simplement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits.

Le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi a sévèrement réprimé toute forme de dissidence, arrêtant des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux opposants, écrivains, journalistes, défenseurs des droits humains, blogueurs et manifestants pacifiques. Des milliers de personnes ont été emprisonnées sans même avoir été jugées, ou ont été prises dans les mailles du système égyptien de détention provisoire, souvent marqué par des abus.

L’insuffisance des soins médicaux est la norme, et menace la santé ou la vie des milliers de prisonniers malades. Des précédents rapports de Human Rights Watch sur les abus dans les prisons égyptiennes ont révélé que les autorités pénitentiaires avaient souvent « laissé mourir » les prisonniers, menant à de nombreux décès de détenus ces dernières années.

Le président Sissi devrait immédiatement ordonner la libération des milliers de personnes détenues simplement pour avoir tenté d’exercer pacifiquement leurs droits.

SourceHRW

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Irak : trois civils meurent dans une explosion au nord du pays

Trois civils ont été tués, tôt mercredi, dans l’explosion d’une bombe placée dans une voiture, dans la province de Ninive, au nord du pays, selon une...

Un reportage d’al-Jazeera pousse un haut responsable chypriote à démissionner

À Chypre, le président de la chambre des représentants, Demetris Syllouris, a présenté jeudi sa démission, suite à la publication d’un reportage, sur la...

Libye : Les routes vers al-Jofrah définitivement coupées alors que les 5+5 cherchent une...

En Libye, la chambre opérationnelle de Syrte et d’al-Jofrah a annoncé, aujourd’hui mardi, que «toutes les routes qui mènent à al-Jofrah seraient définitivement coupées»,...

Début de la 2e journée des pourparlers du Comité militaire mixte libyen 5+5 à...

La 2e journée de la quatrième série de pourparlers du Comité militaire mixte libyen 5+5, a débuté, mardi, au siège des Nations unies à Genève. C’est ce qui ressort de la...

Les Emirats arabes unis veulent ouvrir une ambassade en Israël

Les Emirats Arabes Unis ont exprimé, mardi, leur souhait d'ouvrir une ambassade en Israël, dans le but de renforcer les relations diplomatiques entre les...