Le général libyen à la retraite Khalifa Haftar a ordonné aujourd’hui, ses hommes, de considérer les jours de l’Aïd comme étant des jours de travail ordinaires, les appelants à se plier aux horaires et à suivre les plans programmés.

Les ordres ont été diffusés sur la page officielle de la direction générale des milices armées, quelques heures après l’appel lancé par la commission des Nations unies en Libye, proposant une trêve humanitaire durant les jours de la fête religieuse sacrée.

تعلن القيادة العامة للقوات المسلحة العربية الليبية، رفضها التام لما تدعو إليه بعض الأطراف الدولية والمحلية بشأن عقد هدنة…

Publiée par ‎القيادة العامة للقوات المسلحة العربية الليبية‎ sur Jeudi 8 août 2019

Appel humanitaire 

Dans un temps où la commission onusienne espérait un accord des deux côtés, et alors que le Gouvernement d’union nationale (GNA) n’a toujours pas communiqué de réponse officielle à la proposition, les ordres du général à la retraite expriment clairement son refus à la trêve.

Précédemment, le président de la commission «Alain Boujia» avait demandé aux parties libyennes en conflit au sud de Tripoli d’établir un cessez-le-feu sous l’égide des Nations unies, estimant que la guerre dans la région n’avait aucun sens, surtout lors des occasions sacrées.

«La trêve n’est pas uniquement pour le repos, mais elle représente un pas important vers la fin de la guerre au pays, et le retour au dialogue politique», affirma le président qui espéra une réponse favorable de tous les côtés.

Salamé annonce enfin son plan

Par ailleurs, l’envoyé des Nation unies en Libye «Ghassan Salamé» avait annoncé hier, que son plan proposé pour résoudre le conflit au pays, se composait de trois étapes importantes.

Expliquant qu’un cessez-le-feu applicable durant la fête de l’Aïd, représentait le première étape, qui sera succédée d’une réunion internationale, où participera les pays en relation avec le conflit, enfin, une réunion des parties libyennes constituera la troisième étape du plan.

Les déclarations de Salamé ont été annoncées lors d’une interview avec l’agence turque «Anadolu», à l’ombre de sa participation au sommet des ambassadeurs, organisé à Ankara.

Salamé a été envoyé depuis déjà 4 mois pour résoudre le conflit libyen, une mission qui ne lui convient pas, selon le GNA, qui affirme que l’envoyé international a pris parti avec Khalifa Haftar, et l’accuse de soumission aux émiratis, qui lui dictent les ordres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here