Des centaines de Saoudiens ont accompli «la prière funéraire», hier mercredi, dans la cour de la mosquée «al-Rajhi» à Riyadh, pour le prédicateur saoudien «Fahd al-Qadi», décédé dans sa cellule, après trois ans de détention dans les prisons du royaume.

Plusieurs activistes saoudiens ont réagi au sujet de la mort du prédicateur condamné, il y’a quelques semaines à 6 ans de prison ferme, et ont publié des vidéos, démontrant une masse de fidèles, qui ont accompli la prière funéraire, pour le cheikh «al-Qadi» et qui l’en enterrer au cimetière «al-Nassim».

Et au sujet du décès, certains proches du défunt ont déclaré que «sa mort avait été causée par une grave infection pulmonaire», alors que d’autres ont affirmé que «les mauvaises conditions de détentions étaient la principale cause de sa mort».

Un homme de religion enfermé pour exhortation 

«Fahd al-Qadi» avait fait des études de Chariah et de religion islamique, à l’université islamique Imam Muhammad ibn Saud de Riyad, il travailla quelque temps dans le domaine de l’enseignement, avant de rejoindre le «Comité pour le commandement de la vertu et la répression du vice», l’entité gouvernementale qui supervise la police religieuse du pays dans le but de veiller à l’application de la Chariah.

Il fut interpellé par les autorités saoudiennes en septembre 2016, suite à un discours secret envoyé à la Cour royale, où il proposa des conseils au régime et à la famille royale.

Accusé «d’exhortation contre les chefs du gouvernement», le cheikh de 64 ans fut condamné à 6 ans de prison ferme, lors d’une audience fermée tenue depuis quelques semaines.

Tout cela se présente au moment où les partisans de la Cour royale insistent sur le fait que ««Fahd al-Qadi» était connu par son extrémisme, qui le poussa à dépasser ses autorités, et suite auquel il fut interpellé plusieurs fois».

Toutefois, il importe de noter que depuis que le prince héritier «Mohamed ben Salmane» est arrivé en tête du pouvoir en Arabie saoudite, plusieurs personnalités religieuses, qui ont contredit sa politique, ont été interpellées, touchées par la large campagne lancée par les autorités royales, contre les opposants du régime et de sa majesté.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here