mercredi, décembre 2, 2020

Inde: les violences faites aux musulmans, sont presque devenues légitimes

Le triomphe de Narendra Modi, réélu pour un deuxième mandat à la tête de l’Inde, est aussi celui du nationalisme hindou. Les violences envers les minorités religieuses se renforcent dans la plus grande démocratie du monde.

Narendra Modi promet une « Nouvelle Inde ». Durant les cinq ans à venir, le Premier ministre aura en tout cas une latitude certaine pour ses réformes. Son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP) a raflé la majorité absolue au Parlement indien, soit 303 sièges sur 543. Le nationalisme hindou renforce son emprise. « C’est un triomphe des émotions sur les arguments et sur le bilan économique très mitigé de Narendra Modi », relève Sylvie Guichard, maître d’enseignement à l’Université de Genève, invitée de Géopolitis. « Modi a fait appel au nationalisme hindou, qui mêle fierté nationale et religion. »

Dans une Inde composée à 80% d’hindous, la campagne électorale a été émaillée de violences, physiques et verbales, à l’encontre de la minorité musulmane. Une minorité qui rassemble tout de même plus de 170 millions de fidèles. C’est la troisième plus grande communauté musulmane au monde. « Les tensions et les violences anti-musulmanes ne sont pas apparues avec Narendra Modi, mais elles sont devenues presque légitimes », observe Sylvie Guichard. « Le Premier ministre a clairement donné le message aux militants nationalistes hindous (…) qu’il laissait faire », poursuit-elle.

Lorsqu’il était ministre en chef de l’Etat du Gujarat, Narendra Modi avait déjà été accusé de ne pas avoir réagi lors des pogroms anti-musulmans de 2002. Ces violences avaient fait plus d’un millier de morts en quelques jours.

Le gardien Modi

En s’imposant en gardien du peuple hindou, le « Chowkidar » Modi marque une rupture avec ses prédécesseurs issus de la dynastie Nehru-Gandhi. Une rupture avec les valeurs d’égalité et d’unité dans la diversité des pères de la Constitution indienne. « Narendra Modi met en avant la majorité hindoue contre les minorités, qui deviennent des citoyens de deuxième classe », souligne Sylvie Guichard. « Il ne leur a pas enlevé le droit de vote, mais il y a des discussions pour retirer la laïcité du préambule de la Constitution indienne. » L’Inde s’achemine selon elle vers une forme de « démocratie illibérale ».

SourceRTS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Les Émirats arabes unis critiqués après avoir interdit aux citoyens de 13 pays y...

Les réactions se sont enchaînées, sur les réseaux sociaux, pour commenter et dénoncer les décisions que les Émirats arabes unis (EAU) avaient annoncées, privant...

Vidéo : «Des chasseurs russes accompagnent les manœuvres des milices de Haftar»

Le site américain spécialisé dans les affaires militaires et celles de la défense, The Driver, a souligné que «des chasseurs russes paraissaient dans le...

Vol historique israélien à destination de Dubaï via le trafic aérien saoudien

Le premier vol cargo de la compagnie aérienne israélienne a décollé, mardi, à destination des Émirats arabes unis (ÉAU) via le trafic aérien saoudien. L’avion...

Le Qatar renouvelle son soutien à un Etat Palestinien avec Jérusalem pour capitale

Mardi, le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abderrahmane Al Thani, a renouvelé le soutien de son pays aux Palestiniens et a...

Quatre morts dont un bébé, tués par un « conducteur fou » en Allemagne

Une voiture a percuté mardi des passants dans une zone piétonne à Trèves, en Allemagne, faisant quatre morts et une quinzaine de blessés. Le...