jeudi, mai 26, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Irak : la bataille des ponts a fait 4 morts vendredi à Bagdad

Les affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants dans la capitale irakienne, Bagdad, ont fait, vendredi, 4 morts et 40 blessés des suites du recours des forces de l’ordre aux tirs à balles réelles et aux bombes lacrymogène, a affirmé une source médicale à Anadolu.

La même source a ajouté que les forces de l’ordre ont directement ouvert le feu sur les manifestants rassemblés à proximité des deux ponts « Tahrir » et « Al-Sanak » dans le centre de Bagdad.

Jeudi, 6 manifestants ont été tués alors qu’ils se trouvaient dans la même zone où les manifestants se sont rassemblés. Une zone où de violents affrontements ont éclaté entre manifestants et membres des forces de l’ordre.

Ces affrontements qui se poursuivent depuis environ 2 semaines ont été baptisés « la bataille des ponts ». Ils ont lieu au niveau des deux ponts « Tahrir » et « Al-Sanak » se trouvant sur la voie menant à la zone verte de Bagdad où siègent les établissements gouvernementaux et les missions diplomatiques étrangères.

L’Irak est, depuis le 25 octobre, le théâtre de manifestations antigouvernementales. Les manifestations ont été ponctuées d’actes de violence généralisés, faisant plus de 339 morts et 15 mille blessés lors des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre.

Les manifestants, qui réclamaient initialement de meilleurs services et des emplois, exigent désormais le départ du gouvernement et de l’élite politique « corrompue ». Ce que n’accepte pas le Premier ministre Adel Abdel Mahdi, qui refuse de démissionner avant qu’une alternative sérieuse ne soit proposée.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos