mardi, mai 11, 2021

Israël n’envisage pas le plan d’annexion en Cisjordanie lors des prochains jours

Le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a souligné, lundi, que son gouvernement n’envisage pas d’annexer de territoires palestiniens en Cisjordanie, au cours des prochains jours.

Dans une déclaration faite à la radio publique, Ashkenazi a indiqué que « le gouvernement israélien n’imposera pas la souveraineté au cours des prochains jours ».

L’annexion n’est pas, a-t-il précisé, « à l’ordre du jour du gouvernement, aujourd’hui ou demain ».

Le gouvernement israélien a réservé ses réunions tenues, dimanche et lundi, aux moyens de lutte contre la propagation de la Covid-19.

En réponse à une question sur le report sine die des plans d’annexion, Ashkenazi a lancé : « Je ne sais pas. Néanmoins, je suis en mesure de dire que le ministère des Affaires étrangères élabore des évaluations diplomatiques et le ministère de la Défense procède à des évaluations sécuritaires, lesquelles évaluations ont auront des impacts profonds ».

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu avait annoncé que l’opération d’annexion débutera le 1er du mois courant. Cependant, des divergences israéliennes internes et le fait de ne pas aboutir à des arrangements avec l’Administration américaine ont empêché cela.

« J’ai eu, au cours des semaines écoulées, des entretiens téléphoniques avec une trentaine de ministres des Affaires étrangères, dont la majorité sont des européens », a-t-il encore détaillé.

« Je prête une écoute attentive à ce qu’ils disent et je prends en considération avec clarté ce à quoi nous sommes affrontés », a-t-il encore dit, dans une allusion à l’opposition internationale au plan d’annexion.

Il a, dans ce contexte, indiqué que « Nous les (positions internationales) prendrons en considération lors de la prise des décisions ».

« Je pense que le gouvernement israélien, sous la conduite de Netanyahu, et le Premier ministre par alternance, Benny Gantz, veillera à exécuter une opération responsable et étudiée », a-t-il dit.

Et Ashkenazi de poursuivre : « Nous écouterons les évaluations avant d’agir ».

Il a, par ailleurs, réitéré son soutien au plan du président américain, Donald Trump, connu sous le nom d’Accord du siècle.

Ashkenazi a souligné que le prétendu accord « satisfait deux points qui intéressent la majorité des habitants d’Israël, en l’occurrence, la sécurité et la préservation de la majorité juive ».

Il a cependant souligné que « ce plan doit comporter la négociation avec nos voisins ».

Asknazi et Gantz avaient annoncé, à maintes reprises, qu’ils souhaitent négocier avec les Palestiniens et les pays de la région de la mise en œuvre du plan d’annexion.

Le ministre israélien des Affaires étrangères avait, entre autres, déclaré à ce sujet : « Nous sommes convaincus d’un processus qui aboutit à la paix et ce n’est pas un sale mot. Nous ne voulons pas capoter les accords de paix avec nos voisins ».

La communauté internationale s’est opposée au processus d’annexion, tandis que la Direction palestinienne avait annoncé, depuis le mois de mai, son désengagement de respecter des accords conclus avec Tel-Aviv à cause de la décision d’annexion.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos