mercredi, décembre 1, 2021

Justin Trudeau placé en isolement, sa femme est atteinte du coronavirus

Le test de dépistage au Covid-19 auquel s’est soumise l’épouse du premier ministre canadien Sophie Grégoire Trudeau au retour d’un séjour à Londres, s’est avéré positif. L’annonce en a été faite, jeudi 12 mars, par le bureau de Justin Trudeau, qui précise « qu’elle se sent bien, mais demeurera en quarantaine pour une durée indéterminée ». Le premier ministre sera « par précaution et selon l’avis des médecins, en isolement pour une durée prévue de quatorze jours », précise le communiqué.

Mais Justin Trudeau ne présentant aucun symptôme, il ne subira pas de test à ce stade, et les médecins affirment « qu’il n’y a pas de risque pour ceux qui ont été en contact avec lui récemment ». C’est donc de son domicile de Bungalow Rideau, à Ottawa, que le premier ministre, contraint au télétravail, continuera d’assurer ses fonctions. Deux ministres fédéraux étaient déjà en situation de confinement, dans l’attente de résultats médicaux.

Si le Canada est symboliquement le premier pays à voir son plus haut dirigeant placé en isolement, il reste pourtant encore relativement épargné par l’épidémie. Cent trente-neuf cas officiellement détectés (selon Santé Canada) et un seul décès, la majorité des patients se situant en Ontario (60), en Colombie-Britannique (46), en Alberta (19) ou encore au Québec (13).

Premières ruées dans les supermarchés

Pour l’heure, le gouvernement est donc dans une stratégie de prévention de crise avec, pour objectif principal, comme partout ailleurs, « d’aplanir la courbe », celle du nombre de nouveaux cas déclarés au fil du temps. Mais la qualification de « pandémie » donnée mercredi par l’OMS et l’annonce de la fermeture des frontières aux voyageurs européens faite par Donald Trump le soir même ont fait monter l’inquiétude d’un cran, et provoqué les premières ruées dans les supermarchés. Elles ont aussi poussé les autorités à passer à la vitesse supérieure en termes de mobilisation.

Ottawa, que son allié américain n’avait pas averti de sa décision, s’est jusqu’à présent refusé à prendre des mesures draconiennes, misant sur un renforcement des mesures de contrôle dans les aéroports internationaux ainsi qu’aux points d’entrée routiers, maritimes et ferroviaires du pays. Il a par ailleurs annoncé mercredi un – petit – plan d’urgence d’un milliard de dollars canadiens (650 millions d’euros) pour venir en aide au système de soins des provinces ainsi qu’aux entreprises et travailleurs touchés par la crise.

La pression pourrait toutefois s’accroître dans les prochains jours. Des vols en provenance d’Asie ou d’Europe continuent d’atterrir sur le sol canadien ; des voyageurs désireux d’entrer aux Etats-unis pourraient être tentés d’en user comme voie de contournement. La vice-première ministre Chrystia Freeland a refusé, jeudi 12 mars, d’indiquer si son gouvernement envisageait à son tour des mesures de fermeture aérienne.

En réalité, la menace immédiate de propagation du virus pour le Canada provient davantage des Etats-unis que de l’Europe. Sauf qu’envisager la fermeture de la frontière commune aux deux grands pays nord-américains reste un tabou car elle serait lourde de conséquences économiques. Chaque jour, les Etats-unis exportent pour plus de 725 millions de dollars (650 millions d’euros) de marchandises vers le Canada, sensiblement la même valeur traverse la frontière dans l’autre sens.

« En mode urgence »

Justin Trudeau dit vouloir compter sur « chaque Canadien » pour éviter l’emballement de l’épidémie. « Nous avons tous un rôle à jouer pour minimiser l’impact de cette crise sur notre santé et sur notre économie », a-t-il répété mercredi. Les treize provinces du Canada prennent, elles, les mesures qu’elles jugent le plus adaptées à leur situation.

« Tout le Québec doit se mettre en mode urgence », a déclaré jeudi son premier ministre François Legault, demandant notamment à tous les voyageurs de s’isoler volontairement pendant quatorze jours et interdisant les rassemblements intérieurs de plus de 250 personnes. De nombreuses écoles au Québec ont choisi de fermer leurs portes dès vendredi. Celles de la province voisine, l’Ontario le seront aussi pour une période de trois semaines sur décision gouvernementale. Le premier ministre ontarien Doug Ford, a assorti cette consigne, jeudi, d’un curieux conseil aux familles en vacances forcées : « Partez, ayez du plaisir, amusez-vous, nous allons surveiller la situation », a-t-il lancé.

Mais s’amuser n’est plus chose aisée : salles de spectacle, musées, piscines ferment tour à tour dans toutes les grandes villes canadiennes. Même le sport national devient un interdit : la Ligue nationale de hockey vient de suspendre sa saison jusqu’à nouvel ordre. Une décision qui intervient après celle prise par la NBA américaine, les deux ligues partageant plusieurs de leurs stades et de leurs vestiaires.

SourceLe Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos