Apple a été accusé ce mercredi par un média chinois, Le Quotidien du peuple, de soutenir le mouvement pro démocratie à Hong Kong par le biais d’une appli de transport urbain qui localise les policiers, au moment où Pékin accentue la pression sur les entreprises étrangères.

Baptisée HKMap. live, cette application est dépeinte par le journal comme étant un soutien aux « émeutiers », alors que l’ancienne colonie britannique traverse depuis quatre mois une grave crise politique, avec des manifestations quasi-quotidiennes et parfois violentes. « Apple a choisi d’approuver l’application (…) à Hong Kong », relève l’organe du Parti communiste au pouvoir. Et de s’interroger dans un éditorial au vitriol : « Est-ce qu’Apple a l’intention d’être complice des émeutiers ? »

Pas de commentaires du côté d’Apple

La firme à la pomme, du fait d’importants enjeux financiers en Chine continentale, s’est toujours abstenue de prendre position sur des sujets sensibles, et se plie généralement aux exigences de Pékin en retirant du pays des applications jugées inappropriées. Hong Kong, territoire rendu à la Chine en 1997, bénéficie d’un statut particulier, avec une large autonomie et des libertés inconnues dans le reste du pays.

Apple n’avait pas fait de commentaire dans l’immédiat mais les internautes chinois étaient partagés. « Quand la brutalité policière et la folie augmentent dans les rues de Hong Kong, je me fie à cette application pour me déplacer en ville quand j’ai besoin de rentrer chez moi ou de travailler », indiquait un utilisateur sur l’AppStore. « Ce n’est certainement pas par accident qu’Apple a autorisé HKmap. live en ligne », s’emportait de son côté un internaute de Chine continentale sur le réseau social Weibo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here