lundi, octobre 26, 2020

«La Russie et le régime d’al-Assad recrutent des civils syriens pour combattre avec Khalifa Haftar», selon un site italien

Courrier arabe

Le site informationnel italien, «Global List», a déclaré que la Russie et le régime de Bachar al-Assad travaillaient, dans les zones syriennes qu’ils contrôlent, à recruter des centaines de civils et de milices, pour les envoyer combattre aux côtés du général à la retraite, Khalifa Haftar, en Libye.

Un article publié mercredi par «Global List» nota que «le groupe russe «Wagner», allié secrètement au président de la Russie Vladimir Poutine, avait renforcé ce type de «collaboration» avec le régime syrien, depuis un certain temps».

Un réseau de recrutement

Il indiqua, selon des sources informées, que plusieurs centres avaient été ouverts, dans les villes contrôlées par le régime d’al-Assad, afin de recruter des civils, pour les envoyer en Libye.

«Nos sources affirment que la police militaire russe a ouvert des centres de recrutement, depuis la fin janvier, dans les villes syriennes, avec le soutien des structures administratives du gouvernement syrien», avait-il détaillé.

«Les mêmes sources affirmèrent que le Hezbollah libanais y participe aussi, dans le but de fournir le soutien logistique», avait-il ajouté, en soulignant les efforts fournis par Moscou depuis des mois pour soutenir Khalifa Haftar, qui tente de prendre le contrôle de Tripoli, la capitale de son pays.

«Ainsi la Russie implique le Hezbollah dans le conflit et lui permet de placer des troupes qui lui sont fidèles, de l’autre côté des rives italiennes», avait-il résumé, en exposant le potentiel danger qui menace Rome.

La misère du peuple syrien est exploitée 

L’article continue, selon ses mêmes témoignages, et affirme que chaque personne qui s’engage pourra percevoir un salaire mensuel de mille dollars, «200 d’entre eux seront versés sur le compte du recruté et les 800 autres iront au compte de sa famille en Syrie», avait-il expliqué.

Il note toutefois, «qu’à l’ombre des conditions économiques déplorables et la flambée des prix, une telle somme représente une fortune pour un citoyen syrien, notamment du fait que le salaire d’un soldat syrien ne dépasse pas les 50 dollars par mois».

Engagés à cause de leur misère économique, l’article déplore le fait que la tragique vie du peuple syrien est loin d’être finie, et redoute que son engagement dans les guerres régionales ne lui inflige encore plus de peines.

Sur ce, il importe de rappeler que le régime syrien avait signé plusieurs accords diplomatiques avec le gouvernement de Tobrouk, fidèle à Haftar, suite auquel les deux partis avaient promis de lutter contre la présence turque qui appuie leurs ennemies dans leurs deux pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»

Le film «Mignonnes» disponible à l’international sur Netflix a suscité de vives critiques, en particulier outre-Atlantique, menant même à une procédure judiciaire pénale. Depuis...

Les atteintes au Prophète Mohamed ne relèvent pas de la liberté d’expression, selon la...

La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH ) considère depuis une décision de justice rendue en 2018, que les atteintes au Prophète des musulmans, Mohamed,...

Libye : «L’application du cessez-le-feu trébuche avec la présence des mercenaires de Wagner», affirment les...

En Libye, l’application de l’accord du cessez-le-feu, signé à Genève, vendredi dernier, semble toujours faire polémique auprès des chefs militaires des deux parties libyennes,...

Libye : fin du blocus sur les champs et ports pétroliers (communiqué)

La compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC) a annoncé, lundi, la levée du blocus sur les champs et ports pétroliers en Libye. Dans un communiqué rendu public, la...

La coalition annonce la destruction de deux drones houthis

La Coalition arabe a annoncé l'interception et la destruction de deux drones houthis, dont un appareil dans l'espace aérien yéménite. C'est ce qu'a affirmé le porte-parole de...