mercredi, octobre 28, 2020

Le régime syrien accusé du sabotage de la coopération turco-russe

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé le régime syrien de chercher à travers ses attaques à Idleb à «saboter» la coopération turco-russe en Syrie, lors d’un entretien avec son homologue russe Vladimir Poutine, selon la présidence turque.

Lors de cet entretien téléphonique lundi soir, Erdogan a affirmé au chef du Kremlin que le régime syrien «vise à saboter la coopération turco-russe à Idleb et à porter atteinte à l’esprit de l’accord d’Astana», a indiqué le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun. Entamé début 2017, le processus d’Astana, la capitale du Kazakhstan récemment rebaptisée Nur-Sultan, a progressivement éclipsé les négociations sous l’égide de l’ONU entre le régime de Bachar al-Assad et l’opposition, incapables de trouver une solution définitive mettant fin à une guerre ayant fait plus de 370.000 morts depuis 2011.

L’escalade actuelle à Idleb est la plus grave depuis que Moscou et Ankara, parrain de certains groupes rebelles, ont annoncé en septembre 2018 dans la ville russe de Sotchi un accord sur une «zone démilitarisée» devant séparer les territoires aux mains des insurgés des zones gouvernementales et éviter une offensive du régime dans la province d’Idleb. Erdogan a estimé lors de son entretien avec Vladimir Poutine qu’«attaquer des civils, des écoles et des hôpitaux ne peut être considéré comme relevant de la lutte contre le terrorisme», a ajouté Fahrettin Altun.

Il a aussi affirmé que les attaques à Idleb étaient susceptibles «de nuire aux objectifs recherchés» par Ankara et Moscou dans le cadre de l’accord de Sotchi, qui avait à l’époque permis d’empêcher l’offensive que le régime semblait sur le point de lancer à Idleb. Les forces du régime syrien, avec le soutien de leurs alliés russes, ont intensifié leurs frappes aériennes sur cette province du nord-ouest contrôlée par les djihadistes, mais qui est aussi une zone de désescalade garantie en principe par la Russie depuis septembre. Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar avait appelé vendredi la Russie à faire cesser les attaques du régime syrien à Idleb. Mais dans le compte-rendu publié par Altun, aucune mention du rôle russe dans ces bombardements n’a été faite par Erdogan.

SourceLe Figaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Merkel annonce un reconfinement partiel de quatre semaines en Allemagne

La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré ce mercredi 28 octobre que les gouverneurs des 16 landers avaient accepté de fermer, à partir du...

Jordanie: le gouvernement déploie 45 mille agents pour sécuriser les élections législatives

Le directeur de la sûreté publique, le Général Hussein Al Hawatmeh a annoncé, mercredi, que 45 000 agents de sécurité seront déployés dans le...

Washington : Des manifestations suite à la mort d’un citoyen afro-américain

De violentes manifestations se sont déclenchées mercredi, à Washington, suite à la mort d’un Afro-Américain au terme d'une course-poursuite avec la police américaine. La chaine locale « NBC4 »...

Tunisie : “la situation épidémiologique est très dangereuse” (ministère de la Santé)

Le ministère tunisien de la Santé a annoncé, mercredi, que la situation épidémiologique dans le pays est devenue très dangereuse après la hausse spectaculaire...

Libye : 4 nouveaux cimetières trouvés à Tarhounah

En Libye, les forces de Burkan al-Ghadab (Volcan de la colère) alliées au Gouvernement d’union nationale (GNA) ont déclaré, hier mardi, avoir trouvé des...