jeudi, septembre 21, 2023

Les Américains soupçonnent les Russes dans l’affaire du drone abattu en Libye

Courrier arabe

L’armée américaine demande à récupérer les débris de son drone, abattu le mois dernier en Libye, à proximité de la capitale Tripoli, envoyant un message implicite aux Russes soupçonnés d’être impliqués dans l’affaire.

Aujourd’hui samedi, l’agence de presse britannique «Reuters» a rapporté les propos du général «Stephen J. Townsend», le chef du Commandement des États-Unis pour l’Afrique, qui déclara: «Il se peut que la partie qui contrôlait les défenses aériennes à l’époque, ne savait pas que le drone était américain et non armé, au moment où il avait été abattu».

«Mais désormais, elle le sait, et elle refuse de nous le rendre, en prétendant qu’elle ne sait pas où il se trouve, mais nous ne la croyons pas», avait-il ajouté sans entrer dans les détails.

Les Américains gardent leur calme   

À son tour, le colonel «Cristopher Karnez», le porte-parole du Commandement des États‑Unis pour l’Afrique, a noté que le rapport américain d’évaluation, toujours tenu secret, indique que les défenses aériennes à l’époque étaient contrôlées soit par les mercenaires russes, soit par les milices du général libyen à la retraite «Khalifa Haftar».

Il signala que «les États-Unis estiment que la partie en question, avait abattu le drone par erreur, en pensant qu’il appartenait à l’opposition», et insista à parler implicitement, sans lancer des accusations directes.

Les preuves culpabilisent les Russes

Par ailleurs, un responsable au Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) a affirmé que c’était les mercenaires russes, qui avaient abattu le drone américain, expliquant que les milices de Haftar n’étaient pas qualifiées pour une telle mission.

De même, des diplomates et des responsables militaires, en relation avec le GNA, ont témoigné la présence des mercenaires russes sur les terres libyennes, et ont signalé «qu’ils étaient tous équipés d’armes russes très développées».

Ces propos furent appuyés par des déclarations de mercenaires russes, anciens et actuelles, qui avaient avoué à «Reuters» qu’«en septembre dernier, les milices de Haftar avaient bénéficié d’un soutien terrestre, incluant des centaines de combattants russes affilées à la compagnie militaire privée «Wagner».

Toutefois, les autorités russes nient avoir exploité des mercenaires russes sur les terres libyennes, et portent, comme justifications, des témoignages que «certains civils russes se seraient peut-être engagés volontairement dans les rangs des milices de Haftar».

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

La Libye et l’Italie signent un accord gazier de 8 milliards de dollars

Les compagnies pétrolières libyenne NOC et italienne Eni, ont signé ce samedi, un accord gazier de 8 milliards de dollars, ce qui représente le...

Libye: le calme règne à Tripoli après des affrontements armés

Le calme est revenu jeudi matin dans le sud de la capitale libyenne, Tripoli, après des affrontements armés, mercredi, entre deux forces de sécurité...

Libye: L’Onu espère un accord rapide sur une base constitutionnelle pour tenir les élections

Le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu et chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (Manul) Abdoulaye Bathily, a souligné...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici