samedi, juin 12, 2021

Les documents de la plainte déposée par l’ancien chef des renseignements saoudien réfugié au Canada seront publiés

Courrier arabe

Le juge du tribunal fédéral à Washington, a approuvé la demande déposée par Saad al-Jabri, l’ancien chef des renseignements saoudien réfugié au Canada, pour lui permettre de publier tous les documents de l’affaire où il a porté plainte contre le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane (MBS) et plusieurs autres responsables saoudiens.

Le journal américain, The Washington Post, indiqua que «Saad al-Jabri s’était présenté au tribunal, le 29 octobre, pour demander l’autorisation de publier les documents de l’affaire où il avait porté plainte contre MBS, et dont il estime inclure des preuves confirmant l’implication de ce dernier dans une tentation d’enlèvement et de torture».

Le journal signala que «les avocats qui avaient défendu l’Arabie saoudite lors des affaires portées contre elle par les familles des victimes des attentats du 11 septembre, seraient les mêmes à représenter MBS dans l’affaire al-Jabri».

«Les procédures juridiques entamées, durant les dernières semaines, se présentent dans un temps où l’Arabie saoudite tente de se protéger des critiques, à l’ombre des deux affaires déposées aux États-Unis contre son prince héritier, et au moment où Riyad se prépare potentiellement à des changements politiques en fonction du futur président américain», ajouta le journal.

Il nota selon un ancien responsable à la CIA, qui «si Trump perdait les élections présidentielles, les Saoudiens devront faire face à un gouvernement américain plus agressif, comparé par celui de Trump».

Toutefois, rappelons que l’une des deux plaintes portées contre MBS l’accuse d’avoir donné des ordres pour tuer le journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, assassiné en octobre 2018, et la deuxième l’accuse d’avoir comploté la liquidation de Saad al-Jabri, en lui envoyant une équipe au Canada pour l’assassiner.

Sachan que le tribunal fédéral de Washington avait convoqué MBS et 13 autres personnes, pour répondre aux accusations, au moment où les regards sont tournés vers l’affaire et s’attendent à des évolutions passionnantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos