lundi, mai 23, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Les États-Unis placent deux firmes israéliennes spécialisées dans la fabrication de logiciels espions sur la liste noire

Le Département américain du Commerce a placé mercredi sur sa liste noire (Entity list) deux sociétés israéliennes spécialisées dans le développement de logiciels espions, dont l’une n’est autre que, « NSO Group », qui a conçu le système d’intelligence informatique « Pegasus », rapportent des médias israéliens.

Le journal israélien, Yediot Aharonot, a fait savoir que Washington a annoncé que l’entreprise « NSO Group », qui a développé le programme d’espionnage « Pegasus », avait des « activités contraires à l’intérêt national des Etats-Unis ».

Le quotidien israélien a rapporté que le Département américain du Commerce a publié un communiqué dans lequel il a indiqué que la société israélienne « NSO Group », ainsi que la firme « Candiru » (basée à Tel Aviv et qui fabrique également des logiciels espions), ont été placées « sur la liste noire des entités impliquées dans des activités électroniques malveillantes qui sont contraires à l’intérêt national des États-Unis ».

La même source souligne, qu’il s’agit d’une « décision sans précédent » à l’égard des entreprises israéliennes.

La décision de Washington était fondée sur des preuves que « ces entités ont développé et fourni des logiciels espions à des gouvernements étrangers, qui ont utilisé ces outils pour cibler de manière malveillante des responsables gouvernementaux, des journalistes, des hommes d’affaires, des militants, des universitaires et des employés d’ambassades », précise Yediot Aharonot.

Le journal britannique « The Guardian » avait publié en juillet dernier les résultats d’une enquête menée par 17 médias, selon lesquels le programme d’espionnage israélien « Pegasus » s’était largement répandu dans le monde et avait été « utilisé à mauvais escient ».

L’enquête a indiqué que les gouvernements de 10 pays au moins, sont parmi les clients de la firme israélienne « NSO Group », dont le Maroc et l’Arabie saoudite, alors que Rabat et Riyad ont infirmé les accusations d’espionnage des téléphones de personnalités publiques et étrangères, en utilisant l’un des logiciels.

« Pegasus » est utilisé pour espionner les militants des droits humains, surveiller les e-mails, récupérer des photos et enregistrer des conversations, après que leurs téléphones ont été piratés.

Implantée à Tel-Aviv, la firme israélienne « NSO Group » a été créée en 2010, et compte environ 500 employés.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos