vendredi, octobre 23, 2020

Les Italiens adoptent par référendum la diminution d’un tiers du nombre de parlementaires

A peine 11 % dans les Pouilles et en Campanie, 8,64 % dans les Marches, 6,4 % en Toscane, 3,25 % en Vénétie, 2,4 % en Ligurie… La litanie des résultats désastreux engrangés par les candidats du Mouvement 5 étoiles (antisystème, au pouvoir) lors des élections régionales des 20 et 21 septembre a quelque chose d’implacable. Certes, la formation créée en 2009 par Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio n’a jamais été très à l’aise lors des scrutins régionaux, et a souvent peiné à trouver des candidats à même d’incarner à la fois la compétence et le renouvellement des élites locales. Mais, cette fois-ci, le M5S a à peine fait campagne, et semble avoir renoncé, dans ce type d’échéances, à être plus qu’un supplétif de son allié de gouvernement, le Parti démocrate (centre gauche).

Pourtant, au soir du 21 septembre, la direction du M5S avait elle aussi quelque chose à célébrer : l’adoption, à une très large majorité (plus de 69 % des suffrages exprimés), du texte diminuant d’un tiers les effectifs du Parlement, portant ceux-ci à 400 députés et 200 sénateurs (contre 630 et 315 auparavant). « Ce que nous avons obtenu aujourd’hui est un résultat historique. Nous allons de nouveau avoir un Parlement normal », a aussitôt exulté le ministre des affaires étrangères, Luigi Di Maio, ancien chef politique du mouvement, dès que le résultat est apparu clair et net.

Revendication historique

Tout autant que l’ampleur du score, le M5S peut aussi se féliciter de l’excellent niveau de la participation (54 % au niveau national alors que les élections locales étaient loin de concerner tout le pays). Etant le seul parti à avoir véritablement fait campagne pour l’adoption de ce texte – les autres forces politiques étant hésitantes ou divisées sur le sujet, voire ouvertement hostiles, comme Forza Italia (droite) –, le mouvement protestataire peut revendiquer pour son propre compte le bénéfice de la réforme, afin de faire oublier sa déroute aux régionales. Il est d’autant plus fondé à le faire que la baisse du nombre des parlementaires et plus largement les efforts pour réduire le « coût de la politique » figurent parmi ses revendications historiques.

Il s’agira désormais de mettre en musique cette nouvelle configuration, et d’adapter le mode de scrutin, soit en redessinant la carte des circonscriptions (un tiers des sièges des deux chambres sont pourvus au scrutin majoritaire), soit, de façon plus probable, en changeant le mode de scrutin, ce qui augure, entre toutes les forces politiques, des discussions complexes et chargées d’arrière-pensées électoralistes.

SourceLe Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19/ France : plus de 41mille nouveaux cas, un record, et 165 décès en...

La situation sanitaire continue de se dégrader fortement en France. Alors que le gouvernement vient d'annoncer de nouvelles mesures pour endiguer la progression de l'épidémie de Covid-19,...

Syrie : Le Mufti de Damas tué dans l’explosion d’une bombe placée dans sa...

Le mufti de la province de Damas, Adnane al-Afyouni, a été tué, jeudi, dans l'explosion d'une bombe placée à bord de sa voiture, dans...

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...

L’Égypte tente de renouer avec l’Arabie saoudite, après un désaccord remontant à la crise du...

Des sources diplomatiques ont signalé que «des communications étaient en cours entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, après un long silence radio à l’ombre de...

Un avion israélien atterrit à l’aéroport de la capitale soudanaise

Un site électronique israélien a rapporté, mercredi soir, qu’un avion israélien a atterri à l'aéroport de la capitale soudanaise Khartoum, dans le cadre des...