Le journal turque « Sabah » a indiqué que des aveux horribles et des informations nouvelles ont été révélées par les membres du commando saoudien ayant tué le célèbre journaliste Jamel Khashoggi, affirmant que ces déclarations visent à innocenter le prince héritier Mohammed Ben Salmane et à couvrir son véritable rôle dans le meurtre.

Selon le rapport de « Sabah », Ahmed al-Assiri, l’ancien chef adjoint des renseignements saoudiens avait créé trois équipes: une équipe des renseignements, une équipe de persuasion et de négociations et une équipe d’appui logistique. Toutes dirigées par le général Mansour Abou Hussein. De ce fait, il s’est avéré que Maher al-Matreb était le numéro deux du commando.

Le journal turque a indiqué qu’al-Assiri a tenté de se soustraire de sa responsabilité dans le meurtre de Khashoggi en soulignant qu’il a donné pour instruction à Abou Hussein de convaincre Khashoggi de venir en Arabie saoudite, et de ne pas utiliser la force. Cependant, Abou Hussein a assuré qu’al-Assiri lui a demandé de le ramener par la force s’il le faut.

Abou Hussein a ajouté qu’al-Assiri lui a présenté l’ancien conseiller du prince héritier Saoud al-Qahtani qui l’a chargé de ramener Khashoggi en Arabie saoudite. Le général a donc informé le consul saoudien qu’il viendra à Istanbul avec 15 autres personnes.

De son côté, le numéro deux du commando Maher al-Matreb a indiqué qu’il avait décidé de tuer Khashoggi au cas où il refuse de rentrer en Arabie saoudite. Il a planifié également de l’enterrer dans le jardin du consulat mais il a renoncé à l’idée de peur que l’on découvre son corps.

Al-Matreb a poursuivi: « nous avons essayé de convaincre Khashoggi de partir avec nous à Riyad, en même temps, nous avons posé sur la table une serviette et un anesthésiant ». Khashoggi lui a demandé: « que feras-tu ? », Il a répondu: « je me débarrasserai de toi et je te punirai ».

Quant au médecin légiste et membre du commando Salah al-Tabiqi, il a déclaré qu’il avait injecté à Khashoggi une grande quantité d’une drogue illicite qu’il avait apportée du Caire, avant de le découper en morceaux.

Il est à rappeler que Khashoggi a été tué par un commando saoudien le 2 octobre 2018 à l’intérieur du consulat de Riyad à Istanbul. Un crime qui a secoué l’opinion publique mondiale laquelle exige toujours la traduction en justice des assassins. Un rapport de la CIA avait révélé que le commanditaire du crime n’est autre que le prince héritier lui-même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here