Le secrétaire général des Nations Unies «Antonio Guterres» a fait part de son inquiétude concernant le fantôme de la guerre civile, qui rôde actuellement autour de la Libye, un conflit au sujet duquel aucune mesure n’a été prise, pour mettre fin aux affrontements armés entre les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) et les milices du général à la retraite Khalifa Haftar.

«Si personne ne fasse rien au court terme, le conflit risque de se transformer en une guerre civile» avait déclaré Guterres, en appelant les parties en combat à poser les armes, et à retourner au dialogue politique.

«La présence des milices étrangères et des mercenaires, armées par les parties du conflit, ainsi que les flux considérables d’armes au pays m’inquiètent» a-t-il noté, en signalant que la loi de restriction d’armes doit être respectée, car pour parvenir à une résolution politique au conflit libyen, un soutien international et communautaire était indispensable.

À ce même sujet, l’envoyé des Nations unies en Libye «Ghassane Salamé» avait précédemment dénoncé l’ingérence étrangère qui enfonçait le conflit au pays, notant que lorsqu’il avait rapportait la situation au Conseil de sécurité, « personne n’était intervenu pour faire face à la situation qui contredisait la souveraineté de la Libye».

Rappelons que la Libye est depuis 2011 déchirée par les conflits armés, pour le pouvoir et la souveraineté, une déstabilisation qui poussa plusieurs parties étrangères à en profiter, attirées par les enjeux économiques et stratégiques dans un riche pays pétrolier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here