mercredi, octobre 21, 2020

Libye : Implication française et émiratie dans le soutien militaire de Haftar

Lors de leur fuite de «Gharyane», après les attaques glorieuses menées par les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), les milices du général libyen à la retraite Khalifa Haftar ont abandonné plusieurs caisses en bois, remplis d’armes et de munitions, sur lesquelles étaient écrit «les forces armées des Émirats arabes unis».

Dans les caisses se trouvaient des missiles américaines de Type «Javeline», vendus seulement aux Émirats arabes unis (EAU), à titre de 331 missiles en 2008, et à la France en 2010.

Sachant que lors de la conclusion de l’accord de vente, les États-Unis interdisent la vente à une tierce partie, sans son approbation écrite, selon «l’accord de l’utilisateur final».

Le site d’informations «Al-Khaleej Online» a déduit que les armes retrouvées en Libye prouvent que les EAU n’avaient pas respecté les termes de l’accord, et avaient envoyé leurs missiles comme approvisionnement pour les milices de Khalifa Haftar, notant qu’il s’agit bien «d’une violation claire du contrat».

Le site signale que les EAU n’étaient pas les seuls à acheter ces missiles, rappelant qu’en 2010 la France les avait aussi achetés, affirmant qu’en distribuant les armes à Khalifa Haftar (la tierce partie), «la France a violé l’interdiction d’armes imposée en Libye par les Nations unies».

Il évoqua qu’à ce sujet, pour justifier avoir ses armes entre les mains des milices, son ministère de la Défense avait déclaré lors d’un communiqué officiel, le 10 juillet: «Les missiles Javeline retrouvés en Libye étaient censés être exploités par une unité française de lutte contre le terrorisme en Libye», soulignant que l’excuse était loin de faire oublier l’affaire.

Toutefois, il convient de rappeler qu’après avoir pris le contrôle de la base militaire des milices, les forces du GNA avaient annoncé avoir trouvé des missiles Javeline, et que le 29 juin, Washington avait déclaré ouvrir une enquête au sujet de ses armes trouvées à la portée des milices libyennes, pour appliquer, suite à des pressions du Congrès, les sanctions adéquates sur les parties responsables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

L’émir du Qatar discute la collaboration économique avec le secrétaire au Trésor des États-Unis

L’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a discuté aujourd’hui mercredi, avec le secrétaire au Trésor des États-Unis, Steven Mnuchin, les moyens...

Le Premier ministre arménien exhorte la population à prendre les armes contre Azerbaïdjan

Le Premier ministre arménien a appelé mercredi ses compatriotes à aller au front pour combattre dans le Haut-Karabakh ou Nagorny Karabakh, territoire azerbaïdjanais occupé...

Libye: une nomination à la tête des médias officiels fait polémique

Des responsables politiques et militaires en Libye ont appelé à annuler la nomination du journaliste Mohamed Baayou, désigné à la tête de la Fondation libyenne des médias. C'est ce...

La télévision égyptienne diffuse des fuites et attaque le ministre de la Communication

La télévision officielle égyptienne a diffusé lundi des fuites, concernant le ministre de la Communication, Oussama Haikal, l’accusant «de servir des tierces parties», en...

Irak : trois civils meurent dans une explosion au nord du pays

Trois civils ont été tués, tôt mercredi, dans l’explosion d’une bombe placée dans une voiture, dans la province de Ninive, au nord du pays, selon une...