Le ministère des Affaires étrangères du Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) a déposé une plainte officielle au Conseil de sécurité des Nations Unies, suite aux bombardements des aéroports internationaux de Misurata et de Maitika, par les milices du général à la retraite Khalifa Haftar, appelant à le juger pour ses actes criminels ainsi que les pays qui le soutiennent.

Le ministère libyen avait déclaré que «le Conseil de sécurité était silencieux face aux crimes de guerre continuelles commises par les milices de Haftar, dont le dernier était l’attaque de l’aéroport de Misurata, causant la mort d’un des employés, et l’endommagement de plusieurs avions civils».

Il avait également appelé, lors de son communiqué, le Conseil de sécurité à prendre ses responsabilités envers le peuple libyen, et à stopper les pratiques du criminel de guerre Haftar, et de le punir ainsi que les pays qui le soutiennent.

Samedi, le GNA avait accusé les drones émiratis d’être derrière les attaques de l’aéroport de Misurata, en soutenant l’avancée des troupes de Khalifa Haftar, lors d’une opération, où le journal britannique «The Times» signala la mort de dizaines de mercenaires russes qui combattaient aux côtés du général à la retraite.

Les mercenaires russes

Le journal britannique indiqua que bien que Moscow niait avoir toute implication militaire dans le conflit libyen, des centaines de mercenaires russes, recrutés par la compagnie militaire privée «Wagner», pour combattre aux rangs des milices de Khalifa Haftar.

The Times nota, selon «Midoza» le site russe spécialisé dans les investigations, que 35 combattant russes avaient été tués le mois dernier, après que les forces du GNA avaient attaqué leurs positions à l’ouest libyen, signalant qu’une haute source gouvernementale britannique avait parlé, en mars dernier, de mercenaires russes qui fournissaient un soutien logistique et dirigeaient l’artillerie, et les drones dans les rangs des milices de Khalifa Haftar.

De même, «Oussama Jouili» le chef de la chambre opérationnelle conjointe en Libye, a révélé que des pays qui soutenaient le général à la retraite avaient commencé à solliciter les services des sociétés militaires privées, pour recruter des mercenaires qui combattront pour Haftar.

À son tour, l’agence «Bloomberg» a mentionné que plus de 100 mercenaires russes, appartenant à la compagnie privée «Wagner» avaient débarqué sur les côtés de la Libye, affirmant, selon des sources russes proche, qu’ils avaient été envoyés pour renforcer les troupes de Haftar.

Notons que notamment avec la présence des combattants soudanais, et des tchadiens, la scène libyenne se transforme à un champ de bataille international, sous le silence des Nations unies qui n’ont toujours pas commenté les graves évolutions dont les conséquences risquent d’être périlleuses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here