vendredi, octobre 23, 2020

Libye: le gouvernement appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités

Le gouvernement libyen a appelé, dimanche, le Conseil de sécurité de l’ONU, à assumer entièrement ses responsabilités, conformément à la charte onusienne, en transmettant la question des charniers découverts dans la ville de Tarhouna à la Cour Pénale Internationale (CPI).

C’est ce qui ressort d’un message adressé par le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Tahar Siala, au Conseil de sécurité, selon un communiqué mis en ligne par le département libyen des Affaires étrangères sur sa page Facebook.

« Le nombre de charniers, après les crimes perpétrés par les milices du général renégat Khalifa Haftar à Tarhouna s’élève désormais à 11. Certaines personnes ont été enterrées vivantes, dont des femmes et des enfants, dans une scène horrible, qui représente une honte pour l’Humanité », lit-on dans le message.

Avec l’appui de plusieurs pays arabes et européens, les milices de Haftar disputent au gouvernement libyen, internationalement reconnu, la légitimité et le pouvoir dans ce pays riche en pétrole.

Siala a appelé la CPI, qui siège à La Haye, à prendre les mesures nécessaires et urgentes pour diligenter une enquête sur les crimes de Haftar et de ses milices à Tarhouna et à déployer les efforts appropriés pour sanctionner devant la justice internationale les auteurs de ces crimes ainsi que les instigateurs.

Siala a mis l’accent dans son message sur l’impératif qu’il y a à ce que le Conseil de sécurité affiche, cette fois-ci une « position ferme » face aux crimes commis par les milices de Haftar à Tarhouna, qui sont assimilables à des crimes contre l’humanité, poursuit le communiqué.

Il a ajouté que le silence observé par le Conseil de sécurité face aux précédents appels lancés par le gouvernement libyen pour prendre une position ferme à l’égard de l’agression contre la capitale Tripoli (ouest) a abouti à ce que l’on constate aujourd’hui comme crimes et découverte de charniers à Tarhouna.

L’armée libyenne a réussi, le 4 juin courant, à libérer l’ensemble des régions que contrôlaient les milices de Haftar, à Tripoli siège du gouvernement.

Le lendemain, l’armée a libéré la ville de Tarhouna (90 km au sud-est de Tripoli), la ville de Béni Walid (180 Km au sud-est de la capitale) et les autres villes du littoral occidental ainsi que la base aérienne d’al-Wattiya et les localités d’al-Jabal al-Gharbi.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...

L’Égypte tente de renouer avec l’Arabie saoudite, après un désaccord remontant à la crise du...

Des sources diplomatiques ont signalé que «des communications étaient en cours entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, après un long silence radio à l’ombre de...

Un avion israélien atterrit à l’aéroport de la capitale soudanaise

Un site électronique israélien a rapporté, mercredi soir, qu’un avion israélien a atterri à l'aéroport de la capitale soudanaise Khartoum, dans le cadre des...

Le Qatar appelle à intervention internationale concernant la construction des unités coloniales israéliennes en...

Le parlement qatari a appelé, hier mercredi, à «une intervention internationale urgente pour mettre fin à la construction des colonisations israéliennes réalisées sur les...

Voici l’identité de l’espion des Émirats arabes unis arrêté en Turquie  

La télévision officielle turque «TRT» a mentionné, mardi, que le service des renseignements secrets (MIT) avait arrêté un Jordanien d’origine palestinienne accusé d’espionnage au...