jeudi, octobre 22, 2020

Libye : Les milices de Haftar décident de suspendre les opérations militaires dans les axes de Tripoli

Les forces fidèles au chef de guerre libyen Khalifa Haftar ont annoncé, jeudi, un cessez-le-feu unilatéral durant le mois sacré du Ramadan.

Le porte-parole de la milice de Haftar, Ahmed Al-Mismari, a déclaré que cette décision répond à l’invitation des pays amis, tout en se réservant le droit de répondre à toute action militaire.

Quelques heures plus tôt, un agent de santé a été tué et six autres ont été blessés lors d’une attaque aux roquettes lancée par les forces de Haftar contre un établissement de santé militaire dans la capitale Tripoli.

Un incendie s’est également déclaré dans une réserve naturelle au sud de Tripoli à la suite de tirs de missiles.

Le gouvernement d’entente nationale, internationalement reconnu, n’a pas donné de réponse immédiate à cette annonce, mais il a appelé à plusieurs reprises par le passé à mettre fin aux combats et à mettre fin aux souffrances du peuple libyen.

Depuis l’éviction de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011, deux sièges au pouvoir ont vu le jour en Libye, Haftar dans l’est de la Libye, soutenu par l’Égypte et les Émirats arabes unis, et le gouvernement d’entente nationale à Tripoli, qui jouit d’une reconnaissance internationale et de celle de l’ONU.

Alors que le gouvernement libyen a signé à Moscou un accord de cessez-le-feu, qui est entré en vigueur le 12 janvier, suite à une initiative turco-russe, Haftar a refusé de signer, et les combats se sont poursuivis, faisant de nombreux morts et blessés parmi la population civile, ainsi que de considérables dégâts matériels.

Bien qu’il ait annoncé, le 21 mars, accepter une trêve humanitaire, pour concentrer les efforts sur la lutte contre la pandémie de coronavirus, Haftar a poursuivi son attaque, commencée le 4 avril 2019, pour prendre le contrôle de Tripoli, le siège du gouvernement.

En réponse aux violations répétées de la milice de Haftar et à son défi à la communauté internationale, le gouvernement libyen a lancé, le 26 mars dernier, une opération militaire baptisée «Tempête de paix», qui a infligé d’importantes défaites militaires aux forces du chef de guerre libyen, notamment la perte des villes de la côte ouest de la Libye à la frontière tunisienne.

Suite à cette déroute, et poursuivant sa fuite en avant, Haftar a déclaré lors d’un discours télévisé diffusé lundi, que l’accord de Skhirat, signé en 2015 par les parties belligérantes en Libye, sous les auspices de l’ONU, appartenait désormais au passé.

Il a, à cette occasion, vu dans les manifestations de rue dans les zones sous son contrôle « un mandat du peuple libyen pour gouverner le pays», qu’il s’est empressé «d’accepter», s’autoproclamant seul dirigeant de la Libye.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...

L’Égypte tente de renouer avec l’Arabie saoudite, après un désaccord remontant à la crise du...

Des sources diplomatiques ont signalé que «des communications étaient en cours entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, après un long silence radio à l’ombre de...

Un avion israélien atterrit à l’aéroport de la capitale soudanaise

Un site électronique israélien a rapporté, mercredi soir, qu’un avion israélien a atterri à l'aéroport de la capitale soudanaise Khartoum, dans le cadre des...

Le Qatar appelle à intervention internationale concernant la construction des unités coloniales israéliennes en...

Le parlement qatari a appelé, hier mercredi, à «une intervention internationale urgente pour mettre fin à la construction des colonisations israéliennes réalisées sur les...

Voici l’identité de l’espion des Émirats arabes unis arrêté en Turquie  

La télévision officielle turque «TRT» a mentionné, mardi, que le service des renseignements secrets (MIT) avait arrêté un Jordanien d’origine palestinienne accusé d’espionnage au...