samedi, avril 17, 2021

L’OMS s’inquiète de l’impact de la Covid-19 sur la santé mentale

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé et deux des membres de son équipe ont lancé, vendredi, un avertissement en matière de santé mentale. Il a déclaré que la planète doit se préparer à un important traumatisme psychologique résultant de la pandémie de COVID-19, qui affectera les populations de la planète dans les années à venir.

« Comme le monde s’en souvient peut-être… après la Seconde Guerre mondiale, le monde a subi un grave traumatisme parce que la Seconde Guerre mondiale a touché de nombreuses vies », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Ghebreyesus, lors d’un webinaire de presse bihebdomadaire consacré au coronavirus.

Il a affirmé que du fait de l’ampleur colossale de la pandémie, la quasi-totalité du monde est affectée « et chaque individu » est impacté.

« Cela signifie un traumatisme de masse, qui dépasse toute proportion, encore plus grave que ce que le monde a connu après la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Tedros Ghebreyesus.

« Les pays doivent le voir comme tel et s’y préparer, et l’OMS soutiendra de toutes les manières possibles la prise en charge de la santé mentale ».

Mike Ryan, responsable du programme d’urgence de cette institution, a déclaré qu’au-delà de l’impact de la COVID-19 sur les personnes et les familles, il y a la pression psychologique liée au fait de ne pas pouvoir visiter les proches à l’hôpital.

Il y a « la terreur et la tragédie associées à ce stress psychologique que subissent les professionnels de la santé et le personnel intervenant en première ligne, au sein de leurs communautés, et bien d’autres encore ».

« Nous devons mesurer l’impact sur la santé mentale et comprendre vraiment ce qui se passe. »

Et de souligner : « Il devient tout simplement contraire à l’éthique de continuer à dénoncer un problème, mais de ne pas se concentrer sur les solutions pour les personnes et les communautés ».

« Dans le travail que nous faisons dans les milieux humanitaires, la santé mentale et le soutien psychosocial, c’est une part énorme de l’intervention humanitaire », a-t-il ajouté.

Selon Ryan, si les individus et les communautés ne sont pas en bonne santé physique et mentale, il est difficile d’absorber la pression et le stress d’une épidémie.

« Il y a une chose que ce virus semble affectionner, et c’est le découragement et l’incapacité de notre aptitude ou de notre volonté à stopper le virus, et nous nous demandons parfois si c’est cet impact qui est le plus important », explique Ryan.

Et d’ajouter que la santé mentale et le soutien psychosocial doivent être au centre de tous les schémas de guérison et doivent être évalués dans ces schémas.

Maria Van Kerkhove, l’une des principales expertes en maladies infectieuses de l’OMS, a déclaré que les gouvernements, les communautés, les familles et les individus doivent accorder beaucoup plus d’importance à « notre bien-être ».

« Pour tous ceux qui ressentent cette pression, et nous le ressentons tous également, si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à solliciter de l’aide », a-t-elle conseillé.

Et de conclure : « Ceux d’entre vous qui ont des amis et des proches qui ont des difficultés, demandez de leurs nouvelles tous les jours. Vous devriez appeler ou contacter ces personnes pour les aider et vous assurer qu’elles vont bien ».

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos