vendredi, août 7, 2020

Mali: deux morts et 55 blessés dans des manifestations à Bamako

Au Mali, le dernier bilan de la manifestation anti-pouvoir, organisée vendredi à Bamako fait état d’au moins deux morts et 55 blessés, ont rapporté des médias citant des sources hospitalières.

Citant un membre du personnel du Centre Gabriel Touré, l’hôpital du centre-ville de Bamako, Radio France Internationale (RFI) rapporte que plusieurs blessés ont été touchés par balle.

Des bâtiments administratifs ont également été pris d’assaut, comme le siège de la Télévision nationale, l’ORTM, et l’Assemblée nationale et plusieurs personnes ont été interpellées, précise le média français.

Rejetant les propositions de sortie de crise énoncées en milieu de semaine par le président malien Ibrahim Boubakar Keïta, le mouvement M5 de l’imam Mahmoud Dicko, avait appelé à une grande mobilisation vendredi et à la désobéissance civile.

Samedi matin, les réseaux sociaux, continuaient à fonctionner au ralenti et la télévision nationale, elle, a repris sa diffusion, précise RFI rappelant que l’ORTM avait cessé d’émettre dans l’après-midi de vendredi, après l’occupation de la cour et l’occupation du bâtiment par des manifestants.

L’Assemblée nationale a également été investie par la foule, du matériel a été emporté et de documents ont été détruits, avant l’arrivée des forces de l’ordre.

Le Mouvement du 5 juin réclame la dissolution du Parlement, la formation d’un gouvernement de transition dont il désignerait le Premier ministre, ainsi que le remplacement des neuf membres de la Cour constitutionnelle, accusée de collusion avec le pouvoir.

Dans un communiqué diffusé vendredi soir, il a tenu le pouvoir pour responsable des violences et exhorté les forces de l’ordre à protéger « les manifestants aux mains nues qui ne défendent que les valeurs démocratiques, laïques et républicaines », rapporte encore RFI.

Le gouvernement malien n’a encore livré aucun bilan des émeutes de vendredi.

S’exprimant vendredi soir dans un discours à la nation, le président malien s’est contenté d’annoncer l’ouverture d’une enquête pour cerner les responsabilités.

Regrettant « les scènes de violence et de saccage » et « les tentatives d’occupation des Institutions et services stratégiques » en marge de la manifestation de vendredi, IBK a affirmé qu’il assurera « sans faiblesse »la sécurité des biens, des citoyens et des institutions, et réitéré sa « volonté de poursuivre le dialogue » et sa « disposition à prendre toutes les mesures » qui sont en son pouvoir « en vue d’apaiser la situation ».

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Le Congrès américain enquête sur une vente d’armes suspecte conclue avec l’Arabie saoudite

Des anciens responsables américains ont accusé l’administration du président Donald Trump de conclure un accord suspect de 8,1 milliards de dollars pour vendre les...

Le Qatar tend la main au Liban et se tient à ses côtés

Le ministre qatari des Affaires étrangères, le cheikh Mohamed ben Abderrahman al-Thani, a affirmé, lors d'un appel téléphonique avec son homologue libanais, Charbel Wehbé,...

Covid-19 / France : une augmentation sans précédent depuis le 30 mai

C’est une augmentation sans précédent depuis le 30 mai. La France a recensé 1 695 nouvelles contaminations au coronavirus en vingt-quatre heures, a annoncé mercredi 5 août la direction...

Greenpeace condamne l’activation du réacteur nucléaire aux Emirats arabes unis

L’organisation internationale de protection de l’environnement, Greenpeace, a condamné l’activation de la première unité des réacteurs nucléaire Baraka aux Emirats arabes unis (EAU), mettant...

Covid-19 : la pandémie s’accélère dans le monde, les mesures de prévention se multiplient

Des flambées de contaminations ont été observées dans plusieurs pays aux quatre coins du monde en cette période de vacances estivales. Particulièrement touchée, l'Europe multiplie les...