mercredi, novembre 25, 2020

Ministre des Affaires étrangères de Bahreïn: Faire face à la menace iranienne est plus important que la question palestinienne

Courrier arabe

Mercredi et jeudi, la capitale polonaise, Varsovie, a accueilli une conférence sur l’Iran et le Moyen-Orient à laquelle ont participé des responsables de dizaines de pays, notamment des ministres des Affaires étrangères des pays du Moyen-Orient.

Le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Khalid bin Ahmed Al-Khalifa, a déclaré que faire face à ce qu’il a appelé la « menace iranienne » est « plus grave et plus important » que la question palestinienne pour le moment.

Cela est venu dans une vidéo postée par YouTube sur le compte du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, avant d’être supprimée peu de temps après sa publication.

La section est consacrée à une session de la Conférence de Varsovie qui s’est tenue dans la capitale polonaise pendant deux jours, à laquelle ont comparu le ministre des Affaires étrangères bahreïnien et son homologue émirien, Abdullah bin Zayed, et le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir.
La vidéo semblait avoir été filmée par un des escortes de Netanyahu, qui se concentrait à plusieurs reprises sur ce dernier qui était assis dans le hall avec le public.

« Nous avons grandi en affirmant que le conflit israélo-palestinien était le problème le plus important et qu’il fallait le résoudre de telle ou telle façon, mais nous avons assisté au dernier stade à un défi plus grand, le plus dangereux de notre histoire moderne, la menace de la République iranienne », a-t-il déclaré.

Il a ajouté: « Il est vrai qu’un différend doit être résolu entre Israël et ses voisins et ça a été résolu avec l’Égypte et la Jordanie. »
Et il a ajouté : »Mais nous avons assisté à un autre défi depuis 1979 qui est la révolution iranienne, qui venait de Téhéran, un défi sans fin. Il ne s’agit pas du peuple iranien, mais du régime religieux fasciste en Iran, auquel nous sommes confrontés tous les jours, Et qui a tué et blessé un nombre important de nos peuples « .

Al-Khalifa a souligné que « l’Iran a passé en contrebande des armes et des explosifs ce qui pouvait supprimer la capitale bahreïnite de la surface de la terre ».
Il a ajouté: « Ce défi (la menace iranienne) doit être relevé pour pouvoir se consacrer à d’autres défis ».

« Mais c’est Téhéran qui nous empêche de résoudre le problème palestinien en formant une menace en Syrie, au Yémen, en Irak et même à Bahreïn ».

Les autorités iraniennes ne sont pas immédiatement disponibles pour commenter les commentaires du ministre, mais Téhéran nie s’ingérer dans les affaires des autres pays ou s’employer à provoquer des tensions.
Jeudi, les médias israéliens ont publié une vidéo du ministre bahreïnien lui-même affirmant à Varsovie que l’établissement de relations diplomatiques entre son pays et Israël « aura lieu à un moment opportun ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Ben Salmane criblé de critiques à l’ombre de la visite secrète de Netanyahou en...

Les informations diffusées au sujet la visite secrète entreprise par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Arabie saoudite, a poussé des activistes dénonçant...

Le Qatar attaque en justice la First Abu Dhabi Bank

L'Autorité de régulation du Centre financier du Qatar a annoncé, mardi, dans un communiqué officiel, sa décision d'attaquer en justice la First Abu Dhabi...

Tunisie : l’état d’urgence prolongé pour un mois supplémentaire

Les autorités tunisiennes ont décidé de prolonger d'un mois l'état d'urgence dans tout le pays. C'est ce qu'a affirmé le journal officiel de la République...

Un véhicule fonce sur la grille d’entrée de la Chancellerie allemande à Berlin

Une tentative d'attaque a pris pour cible la Chancellerie allemande à Berlin. Une voiture bélier a foncé dans la grille d'entrée de l'immeuble de la...

Égypte : l’ONU appelle al-Sissi à ne pas arrêter des personnes pour avoir exprimé...

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé le Président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, à ne pas arrêter ou détenir des personnes pour avoir exprimé leurs...