Le magazine américain d’actualité «Newsweek» a publié un article, déclarant que l’Arabie saoudite, à l’image de tous les pays dictateurs prévoit de se servir du sport pour blanchir et promouvoir son emblème.

L’écrivain «Anthony Heaword», l’ex-rédacteur des affaires étrangères au «Daily Mail», a particulièrement évoqué le combat de boxe prévu bientôt en Arabie saoudite, et le compara avec celui de «Mohammed Ali» contre «George Foreman» en 1974 au Zaïre, dont le chef dictateur avait à l’époque déboursé 10 millions de dollars, en signalant que le combat avait eu lieu à l’ombre des graves violations des droits de l’homme commises par «Mobutu», qui avait par l’occasion cumulé une fortune estimée à 15 milliards de dollars, au moment où son pays sombrait dans la misère et la tyrannie.

«Personne ne pourra ressembler à «Mobutu Sese Seko» ou à «Ferdinand Edralin Marcos» plus que le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane», déclara l’auteur, en parlant du combat de boxe prévu pour décembre prochain, entre le britannique «Anthony Joshua» et l’américo-méxicain «Andy Ruiz», et affirmant que 40 ans plus tard, une optique similaire se préparait dans un autre pays régis par la dictature.

Le sport pour blanchir son image

L’auteur nota qu’«Eddy Hearn», le manager de Joshua avait refusé de commenter des questions en relation avec la situation des droits de l’homme en Arabie saoudite, déclarant que l’affaire n’était pas dans le cadre de ses fonctions.

Il explique à ce sujet, que le «blanchiment de sport» au même titre que celui du blanchiment d’argent, est l’action vers laquelle se tournent les gouvernements en attirant les grandes occasions, comme les tournois de boxe, dans le seul et unique but, ajouta-t-il, «dissoudre tous ce qui est suspect et prétendre la perfection».

Pour Anthony Heaword, «l’Arabie saoudite est un exemple vivant de la barbarie, et de la répression populaire, elle exploite le sport pour blanchir son image, suite aux poursuites judiciaires qui se cumulent contre elle, après l’affaire Khashoggi, et  la guerre au Yémen, qui a engendré la pire crise humanitaire au monde, avec 70 mille morts, en plus de la compagne d’arrestation lancée contre les opposants du régime saoudien, et qui entame sa deuxième année».

Il explique au final qu’«Amnesty international avait invité Joshua à se renseigner au sujet des conditions des droits de l’homme au royaume saoudien, mais son manager n’avait pas le temps pour se soucier de la situation, et était même allé jusqu’à déclarer que la presse négative contribuait à la promotion du combat».

Notant que l’Arabie saoudite a dépensé 80 millions de dollars pour organiser le combat de revanche entre les deux poids-lourds vedettes, Anthony Joshua et Andy Ruiz.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here