samedi, octobre 31, 2020

Ottawa n’a pas été averti avant l’assassinat de Soleimani

Washington n’a pas averti Ottawa avant l’élimination du haut dirigeant militaire iranien Qassem Soleimani, a souligné, Justin Trudeau, Premier ministre canadien, dans ce qui apparaît comme une critique adressée à l’allié du sud.

C’est ce qui ressort d’une interview accordée par Trudeau au média canadien d’expression anglaise « Global News » et qui a été mise en ligne, lundi.

« J’aurais évidemment aimé être averti de ce raid américain qui a mené à une escalade des tensions au Moyen-Orient et mis les troupes canadiennes [NDLR, en Irak] en danger », a indiqué Justin Trudeau.

« Les États-Unis prennent leurs propres décisions. Nous tentons de travailler en tant que communauté internationale sur des enjeux majeurs, mais parfois, des pays engagent des actions sans en informer leurs alliés », a-t-il encore dit, l’air impuissant.

Il s’agit des premières observations formulées par le Premier ministre canadien au sujet de l’Administration Trump dans l’affaire de l’escalade avec l’Iran.

Réclamant une enquête « exhaustive et approfondie », Trudeau a réservé ses quatre interventions publiques, depuis mercredi, à l’Iran et pour s’adresser à l’opinion publique canadienne, évitant jusqu’à présent d’évoquer ou de critiquer les Etats-Unis.

Cinquante-sept ressortissants canadiens ont péri dans le crash, mercredi dernier, d’un avion ukrainien, touché « par erreur » par l’armée iranienne, près de Téhéran.

Trudeau a tenu à préciser que s’il n’y avait pas eu ces tensions dans la région, « ces Canadiens seraient chez eux, auprès de leurs familles ».

Abondant dans le même sens, le Premier ministre fédéral, a dit avec amertume : « C’est ce qui arrive quand on a des conflits et la guerre. Des innocents en subissent les conséquences. »

Trudeau a conclu en lançant : « Nous devons tous travailler si fort pour une désescalade en allant de l’avant pour réduire les tensions et trouver une avenue qui n’implique pas d’autres conflits et des morts ».

L’avion ukrainien a été abattu, mercredi dernier, quelques heures après le lancement par Téhéran de missiles balistiques contre des bases américaines en Irak, en signe de riposte à l’assassinat, sur ordre du président américain, Donald Trump, de Qassem Soleimani, haut dirigeant militaire iranien, vendredi 3 janvier, près de l’aéroport de Bagdad.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

MEE parle des crimes commis, en Libye, par les mercenaires de Wagner

Le site britannique, Middle East Eye, a mis la lumière sur les crimes commis par les mercenaires de la compagnie russe Wagner, dans différentes...

Sources : «Rafah sera bientôt ouvert et les fruits des rencontres égypto-palestiniennes seront cueillis»

Des sources égyptiennes privées ont révélé que «le Caire a décidé de rérouvrir le point de passage de Rafah de façon presque permanente, durant...

Qatar : Le gouvernement présente du nouveau concernant le bébé jeté à la poubelle de...

Le bureau chargé de la communication au gouvernement du Qatar, a lancé aujourd’hui vendredi, un nouveau communiqué, au sujet de l’affaire où un groupe...

Le prince héritier saoudien convoqué par un tribunal américain via WhatsApp

Le tribunal de Washington, aux États-Unis, a convoqué le prince héritier de l’Arabie saoudite, Mohamed ben Salmane (MBS), et 9 autres responsables saoudiens, via...

Azerbaïdjan : 91 civils tués par les bombardements arméniens

Les attaques arméniennes contre les territoires azerbaïdjanais ont fait 91 morts et 400 blessés parmi les civils, a fait savoir le parquet général azerbaïdjanais. Dans un communiqué rendu public, vendredi,...