samedi, janvier 23, 2021

Le Qatar répond à Amnesty International au sujet des salaires des employés étrangers

Courrier arabe

Le bureau de communication du gouvernement du Qatar a répondu, mercredi soir, au communiqué d’Amnesty International, dans lequel l’ONG avait accusé l’une des compagnies qataries d’avoir refusé de payer des travailleurs étrangers employés pour la réalisation du projet «stade al-Bayt», réservé pour l’organisation de la Coupe du monde de 2022.

Le bureau expliqua, lors d’un communiqué officiel publié sur son site web, qu’«en septembre 2019, le Haut comité des projets et de l’héritage (la partie responsable d’organiser l’infrastructure de la Coupe du monde) avait informé le ministère du Développement administratif, du Travail et des Affaires sociales, que la compagnie «Qatar Mita Cottex» avait mis du retard à payer ses employés».

«À l’ombre de cette affaire, des sanctions financières furent imposées à la compagnie et ses activités furent suspendues, en attente du versement des salaires», nota le communiqué, en signalant que «vu l’instabilité de la situation financière de la compagnie durant la période s’étalant entre novembre et avril, les salaires des travailleurs étaient instables».

Il signala également : «en mai, la compagnie a été partiellement dissolue, mais elle a pu verser entièrement les payes de ses employés, entre février et mai», tout en précisant qu’«il ne restait qu’un petit montant concernant la période qui a précédé février 2020 et qui sera versé durant les jours à venir».

Des procédures entreprises par Doha 

«Après avoir vendu la compagnie, le ministère du Développement administratif, du Travail et des Affaires sociales s’est chargé de superviser les activités des nouveaux propriétaires, pour corriger la négligence de leurs précédents», ajouta le communiqué, en précisant qu’il était question de renouveler les permis de séjour et les cartes de santé expirées.

Le bureau de la communication du gouvernement du Qatar a noté que «Doha collaborait avec les partenaires internationaux, pour renforcer les cadres législatifs et pour protéger les droits des travailleurs étrangers, en définissant les engagements des compagnies actives au pays».

«Les employeurs ont été informés des sanctions qu’ils risquaient s’ils ne respectaient pas leurs engagements», nota le communiqué, en précisant que «des amendes seraient prescrites, les sites de travail risquaient d’être fermés, les compagnies pouvaient être placées dans la liste noire et que les responsables des violations seraient poursuivies en justice».

Une loi pour arranger la situation et renforcer le droit des travailleurs

Le communiqué a indiqué que «la semaine dernière, le Conseil qatari des ministres avait approuvé un projet de loi qui permettra d’introduire des réformes au niveau de la loi du travail, dans le but d’intensifier les sanctions imposées aux employeurs, notamment ceux qui ne s’engagent pas à payer les travailleurs».

Il nota : «durant ces dernières années, le Qatar a marqué des progrès dans le domaine des droits des travailleurs, à l’ombre des réformes que le gouvernement a entrepris dans le marché du travail», affirmant que Doha s’engageait à appliquer toutes les réformes, bien qu’elle ait besoin de temps pour tout mettre en œuvre.

Il est important de noter que le stade al-Bayt ou (Al-Khor Stadium) est situé dans la ville d’al-Khor, sur les côtes du Qatar. Il représente le deuxième plus grand stade dans le pays, avec sa capacité à recevoir plus de 60 mille spectateurs. Dernièrement terminé, son ouverture devrait se faire prochainement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos