Riyad n’a pas fourni d’explication sur les enquêtes pour le meurtre de Khashoggi

Le rapport américain sur les droits de l’Homme pour l’année 2018 a indiqué que « le gouvernement saoudien n’a pas fourni d’explication détaillée sur les enquêtes concernant le meurtre du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi ».

Le Département d’Etat américain a publié, mercredi, son rapport annuel sur les droits de l’Homme pour l’année 2018, ayant suivi la situation dans plus de 200 pays.

Le rapport a indiqué que des agents du gouvernement saoudien ont assassiné Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul, a rapporté la chaîne américaine al-Hurra.

Il a souligné que le gouvernement saoudien, malgré l’arrestation de certaines personnes et l’appel à leur exécution, n’a pas fourni d’explication détaillée sur la tournure qu’a pris l’enquête et sur son progrès.

La même source a souligné les violations des droits de l’Homme en Arabie saoudite, principalement les meurtres et les exécutions illégales pour des crimes sans violence, les disparitions forcées, la torture de prisonniers et de détenus, les détentions arbitraires et les prisonniers politiques, les restrictions sévères à la liberté de rassemblement, de circulation et de religion et l’absence d’élections libres.

Le Secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, a noté, dans l’introduction du rapport, que « les fondateurs et les délégués de la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies ont reconnu que les libertés fondamentales, telles que la liberté de religion ou de conviction, la liberté d’expression et de rassemblement pacifique, sont la propriété de tout être humain ».

« Ces libertés ne sont pas accordées par les gouvernements, mais découlent de la dignité inhérente à la personne humaine, qui ne peut être restreinte indûment par les gouvernements et elles sont inaliénables », a-t-il ajouté.

Pompeo a affirmé que les « Etats souverains, avec lesquels nous coopérons toujours, sont ceux dont les gouvernements respectent généralement les droits de l’Homme et ne participent pas à des violations flagrantes ».

« Les Etats qui menacent la stabilité régionale, qui sponsorisent le terrorisme ou ceux qui appellent au recrutement permanent de terroristes sont presque ceux qui ont des gouvernements qui ne respectent pas les droits de leurs citoyens », a-t-il déclaré.

Pompeo a souligné que son pays comprenait que ses intérêts « est dans la stabilité permanente, la prospérité et la sécurité d’un monde plein d’États puissants et souverains ne peuvent être réalisés que si les gouvernements respectent les droits de l’homme et les libertés fondamentales ».

« Les personnes qui cherchent des réformes pour mettre fin à l’ingérence illégale dans l’exercice de droits inaliénables trouveront un ami sympathisant et un partisan convaincu aux Etats-Unis », a-t-il noté.

Par ailleurs, le rapport a souligné que les restrictions imposées aux Palestiniens à Jérusalem comprennent des ingérences arbitraires ou illégales dans la vie privée et dans la famille, et des restrictions à la liberté de circulation, toujours selon al-Hurra.

Le Département américain a indiqué que le gouvernement israélien a pris des mesures pour poursuivre et punir les responsables d’infractions à l’intérieur d’Israël, quels que soient le rang ou l’ancienneté de l’accusé.

Ledit rapport a confirmé que Washington a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et que la position américaine était que les limites de la souveraineté israélienne à Jérusalem étaient soumises à des négociations sur le statut final entre les Palestiniens et les Israéliens.

Il a souligné que l’Autorité palestinienne n’exerce aucune autorité sur Jérusalem.

Dans le contexte de la persécution de la minorité musulmane des Ouïghours, le rapport indiqué que Pékin a arrêté arbitrairement 800 mille personnes voire plus, et ont arrêté plus de 2 millions personnes dans des camps de détention pour effacer leurs identités religieuses et ethniques », selon le rapport.

Selon le rapport américain a souligné que les violations des droits de l’homme en Chine comprennent également des meurtres arbitraires, des disparitions forcées et des actes de torture.

« La répression des libertés par le gouvernement chinois s’est accrue, en particulier dans la région autonome du Tibet », note le rapport.

Les autorités chinoises n’ont pas commenté les déclarations de Washington jusqu’à 21h55 GMT.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here