jeudi, mai 26, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Soudan: 27 condamnations à mort après le décès d’un manifestant

Un tribunal soudanais a condamné, lundi 30 décembre, 27 membres des services de renseignements à la peine capitale. Ces agents des services sont accusés d’avoir tué un manifestant après l’avoir torturé.

Des dizaines de manifestants ont attendu devant le tribunal, ce lundi, alors que des membres des services de renseignements attendaient le verdict sur leur sort. Accusés d’avoir torturé à mort un manifestant en début d’année, ces membres du Service national de renseignement et de sécurité soudanais (NISS) ont été reconnus coupables des charges pesant leur tête.

La victime, Ahmed al-Kheir, était un enseignant originaire de l’État de Kassala, dans l’est du pays. Il avait été arrêté le 31 janvier dernier dans une localité de l’État de Kassala, puis conduit dans les locaux du service des renseignements généraux, a indiqué le juge Sadok Albdelrahmane. « Les coups reçus ont conduit à sa mort », a-t-il martelé.

Lors de l’audience, le juge a demandé au frère de la victime s’il était prêt à pardonner aux 27 accusés, ce dernier a éclaté en sanglot avant de déclarer : « Je demande la peine de mort ». Les manifestants venus depuis Kessala pour assister au procès étaient munis de son portrait et ont crié victoire, saluant la justice pour son « châtiment juste ».

Il s’agit d’une des premières condamnations à mort pour des membres des services de renseignement. Ce jugement fait suite au mouvement de contestation qui a secoué le Soudan l’année dernière, à la suite du triplement du prix du pain et qui a conduit à la chute du président Omar El Béchir.

Le Service national de renseignement et de sécurité soudanais (NISS), dont les membres sont craints, a été le principal protagoniste pointé du doigt lors du mouvement de répression sanglant de juillet dernier. Selon Amnesty International, au moins 177 personnes ont été tuées dans la répression du mouvement, tandis qu’un comité de médecins proches des manifestants évalue le bilan à plus de 250 victimes.

SourceHESPRESS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos