samedi, mai 21, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Soudan : des milliers de personnes manifestent contre les répressions policières

La capitale, Khartoum, a été mardi le théâtre de manifestations de protestation, contre les répressions des forces de sécurité sur les manifestants, exigeant ainsi le retour au régime civil au Soudan.

Des milliers de manifestants ont répondu à l’appel lancé par des « Comités de coordination de la Résistance » et défilé dans les villes de Khartoum et Bahri (nord) et Omdurman (ouest), a rapporté le correspondant de l’Agence Anadolu.

En colère, ils ont dénoncé le régime militaire et appelé à la libération des détenus politiques.

Les participants ont également brandi des banderoles sur lesquelles ils ont écrit : « Non au régime militaire », « Nous voulons un État civil « , « Liberté, Paix et Justice » et « Oui au régime civil démocratique ».

133 manifestants ont été blessés, lors des manifestations survenues lundi à Khartoum et dans d’autres villes, selon le Comité des médecins du Soudan.

Jusqu’à 12h15 (GMT), il n’y a eu aucun commentaire des autorités soudanaises sur le bilan des blessés, victimes de violence pendant les manifestations.

Depuis le 25 octobre dernier, le Soudan est le théâtre de protestations, suscitées par les mesures « exceptionnelles » prises par le chef de l’armée, Abdel Fattah al-Burhan, qui a imposé notamment l’état d’urgence et la dissolution du Conseil de souveraineté et le Conseil des ministres de transition. Les forces politiques considèrent ces dispositions comme « un coup d’État militaire ».

À plus d’une occasion, al-Burhan a démenti l’organisation d’un coup d’État militaire et a déclaré que ces mesures visaient à « rectifier le cours de la phase de transition », et s’est engagé à remettre le pouvoir à un gouvernement de transition.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos