lundi, décembre 6, 2021

Soudan : Les évènements les plus marquants depuis la chute d’Omar el-Béchir au coup d’Etat

Courrier arabe

Depuis la destitution de l’ancien président Omar el-Béchir, le Soudan a été rythmé par une série d’évènements ayant dessiné sa scène politique, arrivant jusqu’au coup d’Etat du 25 octobre 2021.

Dans ce qui suit, la rédaction Courrier arabe présente une revue des stations qui ont le plus marqué le pays, durant cette période.

L’étincelle qui mit le feu

19 décembre 2018 : Des centaines de Soudanais manifestent, pour protester contre une décision gouvernementale ayant ordonné que le prix du pain soit augmenté (trois fois son prix habituel), dans un temps où le pays traverse une crise économique.

6 avril 2019 : Des milliers de Soudanais organisent un sit-in devant le QG (Quartier général) de l’armée, à Khartoum, proclamant la destitution du président Omar el-Béchir.

11 avril 2019 : L’armée interpelle le président Omar el-Béchir et le relève de son poste de président, après 30 ans passés au pouvoir.

Un Conseil transitionnel militaire a été mis en place pour diriger le pays, mais la population a continué son sit-in, refusant que les militaires prennent le pouvoir.

3 juin 2019 : Les forces de l’intervention rapide (RSF) sont intervenues pour disperser le sit-in de force, tuant plus de 250 personnes, selon le Comité des médecins.

17 juillet 2019 : Les chefs de la protestation ont signé un accord politique avec le Conseil militaire, pour se partager le pouvoir tout au long d’une phase transitionnelle de 3 ans, qui découlera vers des élections présidentielles.

Août 2019 : Formation d’un Conseil souverain chargé de diriger le pays. Le Conseil dirigé par le colonel Abdel Fatah al-Borhan, se compose de 6 membres civils et de 5 autres militaires.

Novembre 2019 : Le parti de l’ancien président a été dissolu et ses membres ont été traduits en justice pour diverses accusations, dont la corruption en était la principale.

14 décembre 2019 : Le président destitué Omar el-Béchir a été jugé, notamment pour les crimes de guerre, les exterminations raciales, et les crimes contre l’humanité, commis au Darfour, en 2003.

30 juin 2020 : Des dizaines de milliers de Soudanais manifestent à Khartoum, proclamant les réformes qu’ils ont demandé et demandant le jugement des militaires responsables des crimes commis lors de la dispersion violente du sit-in.

3 octobre 2020 : Signature d’un accord de paix historique, entre le gouvernement soudanais, 5 groupes rebelles, et 4 mouvement politiques, pour mettre fin au conflit sanguinaire qui déchire le pays, depuis 17 ans.

11 septembre 2020 : Le gouvernement soudanais annonce l’état d’urgence économique au pays, après la chute de la monnaie locale face au dollar.

14 décembre 2020 : Le Soudan a été retiré de la liste noire des États-Unis, où son nom était inscrit autant que pays appuyant le terrorisme.

Cette initiative a été annonce, un mois après que Khartoum ait accepté de signer un accord pour normaliser ses relations avec Israël.

8 février 2021 : Le Premier ministre soudanais nomme un nouveau gouvernement, 7 ministres font partie de groupes rebelles qui étaient en activité à l’époque de l’ancien régime.

22 juin 2021 : Le Premier ministre du pays, Abdullah Hamdouk, appelle à l’unité des politiciens et des militaires, mettant en garde contre «des divisions inquiétantes».

Le coup d’Etat

17 septembre 2021 : Des manifestants ferment Port Soudan (le port principal du pays).

21 septembre 2021 : Khartoum annonce avoir déjoué une tentative de coup d’Etat, programmée par des civils et des militaires, accusant les partisans de l’ancien régime d’avoir comploté l’affaire.

15 octobre 2021 : Le Premier ministre du pays signale que «la phase transitionnelle traversait sa pire crise».

16 octobre 2021 : Des partisans de l’armée organisent un sit-in devant le palais présidentiel, proclamant un gouvernement militaire en tête du pays.

21 octobre 2021 : Des manifestations populaires dans tout le pays proclament un gouvernement civil.

25 octobre 2021 : Les militaires interpellent le Premier ministre Abdullah Hamdouk, des responsables gouvernementaux et des politiciens.

Quelques heures après, Abdel Fatah al-Borhan a annoncé l’état d’urgence au pays, la dissolution du conseil souverain et du conseil des ministres, et a affirmé l’engagement des militaires à respecter le document constitutionnel du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos