samedi, mai 21, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Soudan: manifestations nocturnes à Khartoum pour réclamer un «régime civil»

Des centaines de Soudanais ont participé, jeudi, à des manifestations nocturnes distinctes dans les quartiers de la capitale, Khartoum, protestant contre les décisions du commandant de l’armée soudanaise, Abdelfattah Al-Burhan, et exigeant un régime civil.

Le correspondant de l’Agence Anadolu a rapporté que des centaines de personnes se sont rassemblées dans les quartiers d’Al-Shajara et d’Al-Dim (au sud de Khartoum) ainsi que dans le quartier d’Al-Safi dans la ville de Bahri (au nord), dénonçant les procédures d’Al-Burhan.

Les manifestants ont scandé des slogans appelant à un régime civil, notamment « Ce pays est le nôtre. Civil, sera son gouvernement », et « A bas les militaires ».

La « Coordination des Comités de Résistance » organisait ces manifestations nocturnes à l’intérieur des quartiers en prévision de marches plus importantes dans les trois villes de la capitale (Khartoum, Bahri et Omdourman).

Depuis le 25 octobre, le Soudan est le théâtre de protestations et de manifestations contre ce que l’opposition considère comme un « coup d’État militaire », à la suite de la déclaration de l’état d’urgence par le commandant de l’armée, la dissolution des Conseils de souveraineté et des Conseils ministériels, la destitution des gouverneurs, et l’arrestation de ministres, de fonctionnaires et de chefs de partis politiques dans le pays.

Alors que les États-Unis et 9 pays européens ont annoncé leur reconnaissance continue du gouvernement de transition au Soudan, la Russie a estimé que ce qui s’est passé dans le pays « peut être un transfert de pouvoir et non un coup d’État militaire ».

Avant les procédures d’Al-Burhan, le Soudan vivait, depuis le 21 août 2019, une période de transition de 53 mois (qui devait s’achever par la tenue d’élections début 2024), durant laquelle le pouvoir était partagé entre l’armée, les forces civiles et les mouvements armés qui ont signé un accord de paix avec le gouvernement en 2020.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos