Plusieurs sources ont affirmé que les quantités d’armes, envoyées par les Émirats arabes unis (EAU), au profit de leur allié libyen, le général à la retraite, «Khalifa Haftar», s’étaient remarquablement multipliées, malgré le cessez-le-feu imposé au pays.

Samedi, l’agence «Anadolu» a rapporté, selon des spécialistes de la navigation aérienne internationale, que «vendredi soir, 3 avions cargo avaient décollé des EAU, se dirigeant vers l’est libyen».

De leur part, des sources parlementaires et militaires libyennes, proches de «Khalifa Haftar», ont affirmé que les EAU avaient lancé un pont aérien pour importer d’importantes quantités d’armes, qui sont destinées aux milices de Haftar.

Elles ont signalé qu’«entre le 12 et le 26 janvier, 37 cargos avaient atterri sur les terres libyennes, avec une moyenne quotidienne de 2 à 3 vols.

De même, des témoins ont indiqué au site informationnel «al-Araby al-Jadeed», que les cargaisons comprenaient des blindés de type «Tigre», des drones et d’importantes quantités d’armes légères et semi-lourdes.

Selon les témoins, la quantité des systèmes anti-aériens a remarquablement augmenté, «ce qui démontre que Haftar et ses alliés redoutent l’implication des troupes turques, équipées d’avions développées», ont-ils expliqué.

Ecce de préparations pour lancer de nouveau combats ?

Samedi, l’opération «Burkan al-Ghadab» (Volcan de la colère, affiliée au Gouvernement d’union nationale GNA, avait publié des images d’une carte aérienne, démontrant le mouvement de trois cargos militaires partis des EAU vers la base de l’est libyen, «al-Khadem», contrôlée par Haftar.

3 طائرات شحن جوي عسكرية تنطلق من الامارات الي قاعدة الخادم الاماراتية التي تسيطر عليها الامارات لدعم المجرم حفتر بشرق ليبيا مساء اليوم.#بركان_الغضب 💥✌

Publiée par ‎عملية بركان الغضب‎ sur Samedi 8 février 2020

Au lendemain de ces déclarations, la chaîne «Libya al-Ahrar» a souligné selon un chef des forces du GNA, «Youcef al-Amine», que Haftar ignorait la trêve et rassemblait toujours des milices étrangères, au niveau des axes de combats, affirmant que les troupes du GNA étaient prêtent à repousser toute offensive.

Rappelons qu’un cessez-le-feu avait été instauré en Libye, le 12 janvier dernier, et bien que fragile, les Nations unies tentent de le prendre appui, afin de relancer les négociations politiques, et espérer une résolution pacifique au conflit, qui déchire le pays depuis des années.

Ainsi, les spécialistes estiment que les EAU continuent d’envoyer des armes à Haftar, pour «maintenir le conflit au pays» et aboutir aux enjeux tant convoités, dans ce pays stratégique.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here