Les bombardements aériens et terrestres du Régime syrien et ses alliés contre la zone de désescalade, au nord-ouest de la Syrie, ont fait 10 morts et au moins 20 blessés dans les rangs des civils.

Depuis dimanche, les forces du régime et les groupes terroristes étrangers soutenus par l’Iran ont mené des attaques intenses contre les villes de Saraqeb, Jéricho et les villages de Maar Shimmareen, Masaran et Deyr Sunbul dans la campagne sud d’Idleb.

Les bombardements ont également touché le village de Birnah, dans la campagne occidentale du gouvernorat d’Alep, relevant de la zone de désescalade.

Selon des sources locales, les attaques ont entraîné la mort de 7 civils à Jéricho, un à Saraqib et 2 dans le village de Birnah dans la campagne d’Alep. Au moins 20 civils ont été blessés selon les informations préliminaires.

Les équipes de protection civile (Casques blancs) poursuivent les recherches et les opération de sauvetage alors que le bilan pourrait être revu à la hausse.

En mai 2017, la Turquie, la Russie et l’Iran ont annoncé qu’ils étaient parvenus à un accord pour mettre en place une zone de “désescalade” à Idleb, dans le cadre des réunions d’Astana sur la Syrie.

Cependant, les forces du régime et leurs alliés continuent de lancer des attaques dans la région malgré l’accord conclu entre la Turquie et la Russie le 17 septembre 2018, dans la ville russe de Sotchi, pour maintenir une zone “désescalade”.

Plus de 1300 civils ont été tués par le régime et les attaques russes dans la zone de “désescalade”, depuis le 17 septembre 2018. Les attaques ont également entraîné le déplacement de plus d’un million de civils vers des zones relativement calmes ou à proximité de la frontière turque.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here