dimanche, octobre 17, 2021

Syrie: Un avion venu des Émirats arabes unis et chargé de dollars américains arrive à Damas pour sauver l’économie du régime

Courrier arabe

Une source syrienne privée a raconté «qu’un avion syrien était arrivé à la base militaire d’al-Mezzeh, à Damas, venu des Emirats arabes unis (EAU), transportant à son bord une importante somme de dollars américains», au moment où l’économie syrienne souffre d’une crise sans antécédent.

La source a affirmé au site informationnel « al-Khaleej online » que «l’avion appartenant à la Syrian Airlines, transportait d’importantes quantités de dollars américains envoyés par la sœur de Bachar al-Assad qui réside à Dubaï, dans le but de soutenir la livre syrienne, en chute libre».

«L’opération s’est déroulée en collaboration avec les autorités émiraties», avait-elle indiqué, en précisant que «l’adjoint du chef de la police et de la sécurité générale à Dubaï, Dahi Khalfane, avait personnellement supervisé le transfert de l’argent envoyé par Bochra al-Assad».

Elle ajouta : «L’argent fut directement transféré depuis l’aéroport, sous l’escorte de la garde de la république et des renseignements aériens, et livré au président de la banque centrale syrienne, Hazim Karfoul».

L’économie syrienne tangue

La source indiqua également que «suite à la chute libre de la livre syrienne face au dollar américain, Kenan Yagi, le ministre des Finances du régime syrien, avait ordonné, dimanche dernier, l’injection de dollars américains à la banque centrale de Damas, tentant d’éviter une crise qui risque de frapper le pays de plein fouet».

Dans ce contexte, Bachar al-Assad avait noté la semaine dernière, que «les dépôts syriens détenus par les banques libanaises était la principale cause de la crise économique encaissée par Damas», rappelant que «son régime possédait entre 40 et 42 milliards de dollars à Beyrouth».

Cette semaine, le taux de change d’un dollar américain avait coûté 2970 livres syriennes, obligeant l’économie du régime syrien à traverser une grave crise financière, à l’ombre de la hausse du prix du carburant et de la baisse des revenus étrangers à cause des pressions imposées aux exportations.

La loi César serait-elle pour quelque chose ?

Il est à noter que la loi César, mise en place pour la protection de civils, en interdisant les transactions avec le régime syrien est entrée en application, le 17 juin 2020. Elle a imposé de lourdes sanctions à des personnalités, à des entités influentes au régime syrien, et à leurs alliés russes et iraniens.

La loi sanctionne également tous ceux qui traitent avec le régime d’al-Assad, économiquement ou militairement, quel qu’en soit leur pays d’origine.

Ainsi, les EAU courent d’importants risques, en continuant à offrir leur soutien financier et militaire à Damas, et se sont attirés les regards des observateurs internationaux, notamment depuis qu’Abou Dhabi a réouvert son ambassade à Damas, en 2019, après 8 ans de fermeture à cause du conflit déclenché au pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos