Un ferry a chaviré dans le sud du lac Victoria, à proximité des côtes de Tanzanie. Pour l’heure, près de 80 personnes sont mortes dans le naufrage, mais le bilan pourrait encore s’alourdir.
Au moins 79 personnes ont perdu la vie, jeudi 20 septembre, dans le naufrage du ferry Nyerere au sud du lac Victoria, en Tanzanie. Le bateau, dont le nombre de passagers reste inconnu, a chaviré près du quai, non loin de l’île Ukara, dans le sud du plus grand lac d’Afrique, selon un communiqué de l’Agence tanzanienne des services électriques et mécaniques, l’opérateur public du navire.
« Il y avait plus d’une centaine de personnes à bord, lorsque le ferry a coulé, il est à craindre qu’un grand nombre d’entre eux aient perdu la vie « , a affirmé George Nyamaha, qui dirige le conseil du district d’Ukerewe, dans la région de Mwanza. Pour l’heure, la mort de 79 personnes a été annoncée par la télévision publique et les opérations de secours ont été suspendues jusqu’à vendredi 21 septembre à l’aube. Selon Bastien Renouil, correspondant de France 24 dans la région, certains témoins affirment que le ferry était surchargé.
Le gouverneur régional John Mongella a par ailleurs précisé dans la soirée de jeudi que 37 personnes avaient été sauvées, dont certaines cependant « dans un état très préoccupant ».
Absence de gilets de sauvetage
Les bilans sont souvent lourds à cause de l’absence de gilets de sauvetage à bord, et parce que beaucoup de gens ne savent pas nager. Le ferry transportait également des marchandises. La cause de l’accident n’était pas immédiatement claire, mais de tels naufrages sont souvent dus à la surcharge des embarcations.
En 1996, près de 700 personnes avaient trouvé la mort dans le naufrage d’un ferry sur le lac Victoria. La navigation peut y être difficile et elle se fait avec des navires vétustes ou mal entretenus. Les registres des passagers sont par ailleurs lacunaires, et les autorités peu regardantes sur la sécurité.
La dernière catastrophe d’ampleur remontait à fin décembre 2016, avec une vingtaine de victimes dans le naufrage d’un bateau qui transportait des passagers vers l’Ouganda. Toujours coté ougandais, en mars 2012, le bilan d’un autre naufrage avait été estimé à une soixantaine de personnes, pour seulement deux passagers sauvés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here