samedi, mai 21, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Tunisie: après une semaine de détention provisoire, le journaliste Khelifa Guesmi remis en liberté

Le ministère public tunisien (parquet général) a décidé, vendredi, la remise en liberté du journaliste Khelifa Guesmi, une semaine après son arrestation en vertu de la loi n°2015-26 du 7 août 2015 relative à la lutte contre le terrorisme et la répression du blanchiment d’argent (loi antiterroriste).

Selon le site de la radio privée locale « Mosaïque FM », « le parquet a décidé le maintien en liberté du journaliste Khelifa Guesmi ».

« Guesmi a été remis en liberté après avoir été entendu par les enquêteurs dans le cadre de l’affaire liée à la publication d’une information sur le démantèlement d’une cellule terroriste à Kairouan (centre) », indique la même source.

L’Unité nationale d’investigation sur les crimes terroristes avait arrêté, vendredi dernier, le journaliste Khelifa Guesmi, – correspondant de la radio privée locale « Mosaïque FM » à Kairouan (centre) -, pour avoir publié une information sur le démantèlement d’une cellule terroriste à Kairouan. Guesmi avait refusé de révéler ses sources dans cette affaire.

Le 23 mars, le président du Syndicat national des journalistes tunisiens, Mohamed Yassine Jelassi, avait condamné l’arrestation de Guesmi, estimant qu’il s’agit « d’une mesure arbitraire et liberticide, prise sur fond de règlement de compte interne entre appareils sécuritaires ».

La Tunisie est en proie à une crise politique aiguë depuis le 25 juillet dernier. À cette date, Kaïs Saïed, avait pris une série de mesures d’exception, portant notamment suspension des travaux du Parlement et levée de l’immunité dont bénéficiaient les députés.

Il avait également suspendu l’Instance de contrôle de la constitutionnalité des lois et décidé de légiférer par voie de décrets, de même qu’il a limogé de son poste le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, prenant ainsi la tête de l’exécutif, assisté d’un gouvernement dont il a nommé la cheffe en la personne de l’universitaire Najla Bouden Romdhane.

Le régime en place fait face à de virulentes critiques à l’échelle nationale et internationale pour sa responsabilité dans la régression des droits en Tunisie.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos