vendredi, mai 27, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Tunisie : Décès de la femme d’un député privé de couverture sociale et la classe politique dénonce

Courrier arabe

En Tunisie, la mort de la femme d’un député, n’ayant pas pu se faire soigner car son mari n’avait plus de couverture sociale, a déclenché une vague de dénonciation au sein de la classe politique, qui a porté le président Kaïs Saïed la responsabilité de sa mort.

Imad Khemiri, député représentant le parti Ennahdha, au parlement tunisien, avait annoncé mercredi, la mort de sa femme, dans l’un des hôpitaux de la capitale.

Le député avait signalé, le mois dernier, que «sa femme avait des traitements, mais ne pouvait plus les avoir, car elle avait été privée de couverture sociale, du fait que son mari n’en avait pas, depuis que son salaire ait été gelé».

Les politiciens portent Kaïs Saïed pour responsable

Yamina Zoghlami, députée d’Ennahdha avait condamné les faits, dénonçant «l’injustice du président et le silence du ministre de la Santé, qui avait insisté à suivre les instructions», selon elle.

De son côté, Abdel Fatah Tagouti, militant à Ennahdha avait demandé en s’adressant à Kaïs Saïed : «Les députés sont-ils des criminels qui méritent d’encaisser les représailles et la tyrannie ?», tout en dénonçant les mesures imposées aux députés, depuis le 25 juillet.

De son côté, la députée d’Ennahdha, Samira Smei avait écrit un article intitulé : «L’autorité putschiste s’applique à oppresser les députés».

Elle avait signalé qu’«elle souffrait d’un cancer et qu’elle n’avait plus de couverture sociale pour se faire soigner», elle avait porté le président pour responsable des situations délicates qu’elle traversait.

Dans ce contexte, il est à préciser que la classe politique tunisienne a mis en garde contre l’extension des mesures exceptionnelles au pays, demandant à ce que la crise que traverse le pays soit résolue au plus vite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos